Règlementation et mono. Code de la route/transports en commun


#41

Bon alors voilà, cette été ma mère et moi partons à Arles et elle veut bien que je prennes mon monocycle! Sauf que voila je ne sais pas vraiment démonter mon engin et je ne pense pas que la mère acceptera de prendre des outils pour le remonter… Donc est ce que je peu le garder entier sachant qu’on prend métro, train, bus


#42

Jusqu’à 29", ça pose généralement pas de pb. 20", aucun soucis. N’hésite pas à faite bien attention qu’il gène pas !


#43

D’accord, merci et je ferais gaffe a mon petit mono et aux gens qui nous entourent


#44

Ce qui facilité grandement le rangement dans les trains, bus et la circulation dans les gares c’est le démontage des pédales…


#45

J’me pose une question et je pense que quelqu’un ici a la réponse :slight_smile:

Je vais descendre dans les Pyrénées en train de nuit et je veux prendre mon mono pour profiter de la montagne.
Probléme c’est un 29" et j’me demande si démonté sa passe en colis, ou il va falloir payer une résa pour le wagon vélo à 10€ ?


#46

J’ai pris un 36’’ démonté en TGV, TER, RER et train de nuit/wagon couchette :slight_smile:
Personne ne m’a rien dit XD
Donc je ne sais pas si c’est autorisé mais pour le moment, je fais XD


#47

Ben, à la rigueur si tu emballes séparément la roue et le reste, dans du carton et/ou sac poubelle avec du scotch, ça peut passer pour des affaires perso.

C’est comme ça que j’ai recu mon 29" par la poste quand je l’ai acheté d’occasion, et emballé ça ressemble pas à un vélo. Après, je ne sais pas quelel est la limite de taille de bagages en train… :unamused:


#48

ça passe tranquille un peu emballé une 29 :wink:


#49

Et même sans l’emballer, j’ai déjà pris plusieurs fois le TGV avec ma 29" sans avoir de problèmes. Enfin j’ai peut être juste eu de la chance :mrgreen:


#50

Pareil, 29 pouces en TGV sans aucun souci ! Faut juste enlever les pédales car ça peut géner…


#51

Ok, et merci!
Je suis rassuré!
Je vais démonter les pédales et la selle pour pas avoir de problèmes et la caser dans un coin :slight_smile:


#52

Ma dernière expérience n’est pas monocycliste, mais peut ajouter une petite pierre à l’édifice.
J’ai du balader des vélos de Rennes vers Lille et inversement la semaine dernière. Là l’encombrement n’est plus le même qu’à mono, donc démonter les pédales n’est pas suffisant.
Je n’ai pas acheté de billet TGV (obligatoirement à prendre au guichet ou par téléphone en même temps que le billet de train !) et ai du me débrouiller autrement.
Au retour, facile : c’était un Corail avec emplacement vélo. Rien à faire de particulier => ça s’applique au mono.

A l’aller, j’étais plus embêté car pas de housse spécifique, pas d’emplacement vélo… mais deux vélos à monter dans le TGV Rennes-Lille.
J’ai donc démonté les roues, baissé les selles et tourné le guidon. J’ai mis chaque vélo dans une housse improvisée constituée de deux draps cousus l’un contre l’autre sur 3 des 4 côtés. Et c’est passé.
Je pense quand même que j’aurais pu me faire rappeler à l’ordre, car mes “paquets” dépassaient les dimensions maximales autorisées… et c’est là que ça devient intéressant pour les monocyclistes, puisqu’il est très facile de respecter ces dimensions à mono !

Voici ce qu’on trouve sur le(s) site(s) de la SNCF :

“Démonté et transporté dans une housse spécifique aux dimensions maximum de 120 x 90 cm, votre vélo est considéré comme un bagage à main.”
Notez qu’ils ne donnent pas la dernière dimension, donc a priori rien ne vous oblige à enlever les pédales.

Mon conseil est donc le suivant, armez vous d’une aiguille, d’une bobine de fil, d’un ou deux draps et d’un peu de patience si vous avez peur de l’amende avec un 36 pouces :slight_smile:


#53

J’ai pris aussi plusieurs fois le train avec mon mono et j’ai eu plusieurs fois des discussions tres instructives avec des controleurs (mais jamais d’amendes).

La regle est simple:
–> Si le mono est transporte tel quel, c’est considere comme un velo et ca necessite de payer le supplement velo (attention, les trains de nuit et les TGV n’acceptent pas les velos tout court)
–> Si le mono est dans un sac (peu importe en toile, drap, sac poubelle…), c’est considere comme un bagage et ca n’est donc pas soumis a supplement ni a restrictions (dans la limite des dimensions de bagages).

Ce qui fait qu’apres tout ca, je suis alle a Casto m’acheter un sac poubelle de jardinage (genre 200L) et l’ai utilise pour emballer mon mono 26 pouces a chaque prise de train :smiley:


#54

C’est pas tout à fait ça pour le TGV et les vélos puisque tu peux payer ta place 10€. Mais pour un mono ça ne vaut pas le coup et la technique du sac poubelle est très bonne !
Après sur le transport “tel quel”, en démontant les pédales et la selle, on se retrouve non pas avec un vélo, mais avec une “roue de vélo”, et ça n’est pas interdit que je sache…


#55

Exact, une fois un contrôleur a demandé à qui était le vélo, j’ai dit, ce n’est pas un vélo, c’est une roue (plus simple que monocycle !). Et il m’a répondu “ah ok pas de problème !”


#56

À Poitiers un conducteur de bus m’a refusé car j’avais mon 29".

J’ai lu le réglement à l’intérieur du bus quelques jours après où il est stipulé que les vélos pliables sont admis.
Et si je plie mon mono :question:


#57

Tu t’en fous des vélos pliables ! Dans ce cas c’est considéré au même titre qu’une poussette ou un skateboard.
Donc fais valoir tes droits en lui disant qu’un mono n’est pas un véhicule et comme le disait Pablo : “ça fait la même taille qu’une poussette et en plus ça ne pleure pas !”


#58

tout dépend souvent du contexte
un 29" en heure de pointe, ça à peu de chance de passer et c’est compréhensible
s’il n’y a pas trop de monde et que c’est demandé avant même d’être refusé, c’est plus simple

après il y aura toujours ceux qui ne voudront pas prendre le risque


#59

Rencontre aujourd’hui avec 2 conasses dans le métro parisien ligne 1 de retour avec mes enfants de la rando béret-baguette

On prend le métro en fin d’après-midi au départ de Vincennes, métro vide, on s’installe en bout d’un wagon, on pose nos 3 monos (2x36 et 1x29) bien rangés en quinconce contre une rangée de 3 sièges et on s’assoie juste en face.

Autour du trajet les gens remplissent progressivement le wagon, une dame âgée arrive et souhaite s’assoir, on avance légèrement les 3 monos et elle s’assoie sur un des 3 sièges qui étaient condamnés par nos monos. Jusque-là tout va bien.

Un peu plus tard sur le trajet, le wagon est assez rempli mais on est loin d’une affluence de pointe en semaine. Une dame (genre bourgeoise de plus de 50 ans) parle toute seule d’une voix assez haute exprès pour que je l’entende; en s’offusquant qu’avec mes enfants nous condamnions des places en pleine heure de pointe avec nos monos et que nous soyons assis, privant des personnes âgées de s’asseoir. Comme elle est à 1.5m de moi et dans mon champ de vision, je l’interpelle en lui disant qu’elle peut m’en parler directement plutôt de marmonner dans son coin (je l’ai dit avec des mots plus soignés que ça mais …); elle répète son discours et là je me lève pour voir s’il y avait une personne en besoin de s’asseoir que je n’aurais pas remarquée, ne voyant personne, je propose malgré tout ma place, que personne ne prend. Sur ce, arrive une autre dame (dabns la quarantaine et habillée en “civil”) qui joue l’écho de la 1ère, tout en me récitant le règlement qui m’interdirait selon elle de prendre le métro avec des monocycles. Je lui récite donc l’article qui nous met en dehors de la catégorie des bicyclettes, cela ne semble pas lui plaire et même l’énerver puisque elle me sort et me tend rapidement une carte tout en me disant qu’elle est contrôleur, je cherche vaguement un sigle RATP sur sa carte que je ne vois pas, j’essaye calmement de lui ré-expliquer qu’un monocycle n’est pas un vélo, cela ne semble pas lui plaire et elle me dit qu’elle n’apprécie pas mon “jeu de mot” et me disant que c’est un cycle et que donc je n’ai pas le droit de prendre le métro avec avant 19h. La pseudo contrôleur veut que je dégage les 3 monos pour s’asseoir sur un des 2 sièges obstrués par nos monos, je lui propose mon siège qui est vide et que personne ne semble vouloir prendre, elle insiste et moi aussi. Mon fils commence à sourire, je le regarde craignant que cela ne rajoute de la tragédie à cette situation ubuesque, finalement il éclate de rire, et moi un peu aussi. La pseudo contrôleur me dit qu’elle va s’occuper de cela, et commence à émettre des doutes sur le fait que j’ai bien un titre de transport, je lui propose alors de nous contrôler ce qu’elle ne fera pas car les deux dames doivent malheureusement quitter le métro à la station suivante … A voix haute je re-propose ma place vide à qui la veut, personne ne la prend et personne ne la prendra avant qu’avec mes enfants nous sortions un peu plus tard à notre station d’arrivée. Derrière moi, un gars qui a assisté à toute la scène est lui aussi plié de rire

Fin de ce bon moment de vie parisienne en plein dimanche après-midi.


#60

Il y a des gens qui pensent qu’ils se feront moins chié dans la vie en faisant chier les autres. T’es tombé sur de bons spécimens.