Venez racontez vos experiences mtt en forêt et sur littoraux


#41

Bravo Bernard …

Ce matin, j’ai vécu le même genre de sensation.
Descentes boueuses et gelées ou plutôt gadouilleuses et glacées. C’était un peu bizarre au début mais finalement en passant en force par dessus, c’était souvent jouable. Moralité : en cas de gel sévère, n’hésitez pas à surfer sur les traces verglacées.

Pour les montées, aujourd’hui, j’étais comme un peu rouillé. Le grand froid, je suppose. Comme je suivais un coureur qui s’entraîne pour un semi-maraton (et qui a bien progressé, le bougre !), j’ai du à plusieures reprises prendre des petits racourcis en prétextant de l’intérêt pour moi d’un itinéraire moins monotone.

Continue à narrer tes sorties hivernales : j’ai l’impression d’être avec vous …

ange


#42

Dimanche 2 Mars,

Je suis etalé dans mon lit et je me force a dormir car je sais que lundi je vais bosser a 20h du soir. 10h le soleil qui filtre a travers les volets m’ejecte finalement hors du padoc, allez c partie une petite marche a pied pour s’echauffer. Mon but, acheter un oignon car comme vous le savez tous ,tout tourne autour de l’oignon…quand y’en a plus c la galere tout est fade :wink: et, je n’oublie pas non plus l’autre chose essentiel : une biere. J’avale mon p’tit dej au lance pierre car le soleil se fait de plus en plus scintillant : Allez go j’enfourche mon vieux chromique pourris 24" pneu slick et pedale lisse comme des peau d’fesses de bebe. La rando commence devant l’appart et ça grimpe severe mais cette fois je ne la fait pas a pied, le footing que j’ai fait sous la pluie hier matin porte c fruit : j’avale la pente comme un gros V8 americain. Je croise un couple avec lequel j’echange un bonjour ainsi qu’un sourrire amical, petite pause sur le parking du court d’eau, faut pas se durcir les jambes non plus, un p’tit etirement et c reparti comme en 40 boudiou. Me voiçi sur le chemin de la cascade, une bouffée d’air humide accentue encore ma motivation et ça n’arrete pas de grimper mais tant que c du bitume, j’lâcherais pas l’mono, et mon entrejambe n’a toujours pas decrocher la selle, decidement, aujourd’hui j’ai la peche !
Quand, tout a coup, un jeune berger allemand cours vers moi un collier et un morceau de chaîne autour du coup, il est necessaire de rappeler que je me suis fait croquer la partie la plus intime de mon anatomie etant jeune par un gros berger allemand noir appelé “Satan”… Je ne me degonfle pas j’adore les animaux, mais plus particulierement les chats, et, je le reconnais : c la pauvre bete qui est attaché devant une maison d’habitude quand je passe a cet endroit, il me fait la fête et sans descendre du mono je continue mon ch’min et le plus drôle c que ce bougre me suis et semble apprecier ma compagnie. La route fait des “S” et, tout en continuant mon ascension je croise un autre couple qui me confirme que c bien le chien de leur voisin leur appel n’a aucune incidence sur le comportement du chien qui court dans tout les sens et semble bien decider a me suivre dans mon periple. Enfin arrive le chemin de caillou encore un peut plus raid qui mene a la magnifique cascade de virieu toute faite de mousse calcaire, cette fois je descend du mono et continue a pied. Un peut plus haut, le pont de la michaille et la route en S reprend, je remonte donc sur le mono j’usqu’a un nouveaux chemin de caillou qui mene a la cascade de Diaz je decide d’y faire une halte, cet endroit et chargé de petit ruisseaux, le chemin qui y mene est fait d’herbe et finit en gros galets qui mene a la cascade, mon nouveaux compagnon de m’a toujours pas lacher d’un tour de roue et traverse avec moi le court d’eau. De l’autre coté je m’assoie pret de la cascade et curieux, je cherche a m’interresser un peux plus a lui, il court dans tout les sens comme un fou, s’approche et s’enfuit des que je veux le caresser toutes c acrobaties me fond rire aux eclats et, petit a petit, j’arrive tout de meme a lui faire un gros calin (oh happy days !).
Je continue mon ascension, toujours a pied sur le chemin de caillou interminable puis les bois s’epaissisent et laissent passer moin de lumiere le chemin est fait de terre et de mousse, plusieurs options s’offrent a moi, je choisit toujours le plus facile a retrouver dans l’autre sens, mon jeune amis m’a lâcher, il a choisit sa route, puisse-t-il retrouver le chemin de sa maison sans encombre, je m’en veux de ne pas l’avoir ramener a son maître inconscient que je suis, mais au fond, on pensait peut etre tout les deux la même chose : mieux vaux prendre qques risque en fuguant que de vivre attaché eternellement. Tient un panneaux : “735m” “egieu 1h30”, virieu est a 100m d’altitude j’vous laisse faire le calcul. Le soleil n’est pas enore au zenith, loin de là, je decidais donc de continuer. A partir de là, la pente s’accentuait encore et etait jonchée de caillou de plus en plus gros, entre 10 et 20 cm, le paysage commençait a se transformer, de nouvellles couleur apparessaient, avec une vue sur la vallée qui filtrais a travers des arbres sans feuilles, au dessus d’ une pente tres abrupte sur le cote du chemin, toujours aucunes traçes du sommet, je continuais et prennais plaisirs a sentir l’effort dans les jambes et dans le dos, le bohneur de la marche commence içi me dis-je et, aussi : "comment allais-je redescendre ça en mono ? " Toujours plus haut au detour d’un carrefour boueux je levais les yeux au ciel au passage d’un avion : “je n’en avais jamais vu d’aussi pret”, du même coup j’entendis le cri strident de deux buses qui fesaient des cercles dans le ciel au dessus de moi. Là une pensée me traversa l’esprit “Nico, t tout seul, t’as pas d’eau, t un peut barge quand même” .
Donc je decidais de redescendre, non sans mal mais tout doucement, en analysant le parcourt, slalomant entre les plus gros caillou, qques rattrapage de justesse mais sans reel chutes dangereuses, je reprennais tout c carrefour sans me tromper, passant dans les sous-bois sombre ou la mousse au sol fait comme si on roulait sur du pain d’epices, et les chemin de caillou qui me massent longoureusement et sans delicatesse, toutes c differences sont un plaisirs de sensations, contraste et harmonies, j’me suis beaucoup entrainer a sauter au dessus de branches ou de cailloux mais la selle tres haute et les pedales lisses me causent qques frailleurs, j’me suis aperçut aussi qu’il etait assez dangereux de mettre les deux pieds sur la fourche d’un chromique sans avoir des protection adequates au minimum des gants je dirais, je m’arretais a la cascade de virieu, cette fois, pour me passer le visage sous l’eau avant de terminer la descente a travers champ plutot que de taper les S de la route entre ornieres et gazon, les jambes a la limites de ne plus me freiner j’arrivais, epuisé, sur la fin de mon parcourt, il est 13h j’vais me finir sur la place du village histoire de bosser ques figures.
Bien que je me soit eclater comme un p’tit fou, mes pensées ne sont dirigées en fait que vers mon amis a quatres pattes qui n’est toujours pas rentrer chez lui, ma raison n’aurra de cesse de le revoir desormais.


#43

hier première expérience de mtt:
-descente du Puy de dôme
-avec Bugs des haut les mains
-en 24kh sans frein

on a bien mis une heure 1/2 pour monter, arrivé en haut, gros vent, yeux qui pleurent, et je me demande vraiment comment je vais faire pour redescendre !!! on enfourche les bètes et c’est parti mon kiki. Bugs et raf sont en 20’ donc c’est tranquille pour eux (pis ils ont l’expérience que je n’ai pas), je pinaille un peu beaucoup non pas pour rouller ou passer les passages houleux, mais plutot pour arrèter la bète avant qu’elle ne s’emballe !!
on met donc 20min pour descendre, avec applaudissements et encouragements des badauds. arrivé en bas, bugs fait “on remonte ??” très peu pour moi, demain c’est cow boy assuré !
on se retourne donc à jaude pour freestyler un peu et mettre au point un rdv basket pour ce soir…

ce matin, grosses barres dans les cuisses, la descente des escaliers devient plus éprouvante que celle du Puy de dome

mttistes, bonjour !!! j’espère que vous voulez bien de moi parmis vous desormais!!??


#44

aujourd’hui, premiere expérience de mountain unicycle en solo:

je pars en voiture et je me rends à hérisson, petit village médiéval pluto tres valonneux:
-premier parcours, dépasser le saut du loup et revenir, 6 bornes aller, 6 bornes retour. le plus dur. du petit mtt à l’aller, une bonne descente caillouteuse au retour!! :astonished:kay: le frein fait plaisir!

-le deuxieme, aller au village d’a coté, 8 bornes allé retour
dan le village il y avai un festiv de musique d’église, j’ai bu un coup au cimetierre et je me suis incrusté au pot donné par les musiciens (c’étais rigolo, moi en protec, eux en costume)
en chemin je doublai des petits vieux bien habillés, plus gentis que leur chiens

jsuis exténué, 20 bornes c’est dur !!!

edit:

hier 26/08

de retour de chez ma grand mère je passe par le Lioran
tout bon auvergnat connait le Plomb du cantal, desservit par un magnifique téléphérique
comme par hasard, j’ai mon muni, mes protects, mon casque et mes gants dans ma voiture !!
c’est donc parti pour la grande descente

et je viens de m’apercevoir que des manivelles plus grandes que des 137 pourraient beaucoup m’aider parce que là…!!!
j’ai plus de jambes
malgré mon frein, le pierrier a eu raison de moi…
m’enfin, pas faché de pouvoir afficher un petit sourire en croisant les vttistes bourrins qui pensaient que je ne pourrais jamais descendre!

vive le muni!


#45

cette été , j’ai passé 2-3 semaines chez une amie a serre chevalier ( station de ski des haute alpes )et on est monté tout en haut des pistes (en téléférique hein :laughing: )et on s’est tapé la descente ( 1heure ) .Au début , c’était de la descente raide dans de l’herbe bossue , ce qui est légèrement lassant a force ,car sa secoue , c’est pas marrant , et ça avance pas , surtout pour le mono de mon amie ( 26" pneu fin de ville “hand made” ) , pour moi c’était plus long que dur ( je n’avais encore qu’un devil blueberry ) puis on est allé sur un chemin de graviers qui zigzaguait en coupant la piste noire , plus relax . puis on a pris un chemin parallèle a la piste noire , aussi pentu , bien plus hard core , et la on c’est vraiment éclaté , de la DH , des drops monstrueux , des caillou trialisable , des racines , 2-3 passerelles style northshore . bref , l’éclate totale :smiling_imp:


#46

Ce matin c’était pas mon jour: mes restes de rhume/grippe m’empèchent de respirer normalement et mes jambes tétanisent et ne répondent pas.
De plus pas de copaings au rendez-vous matinal dans le bois de Meudon …
Sous prétexte qu’il fait un vent à décorner ils ne sont pas venus! :cry:
Pourtant le contexte est magnifique: les allées dans le bois sont parées de leur plus beau tapis jaune et brun, les bourrrasques de vent déclenchent des véritables pluies de chataignes, le temps est doux quand on est bien couvert et le soleil ne me tape pas sur le crâne!
j’adore l’automne! scritch, scritch fait le mono dans les allées, wouwou fait le vent, même les racines traitresse cachées dans les feuilles n’arrivent pas à me décourager. Quelques super-descentes me tendent les bras mais comme je suis seul je ne me lance pas: il n’y a personne dans ces zones et si je me casse on ne me retrouvera qu’à la fonte des neiges! Dommage quelques descentes echevelées m’auraient fait le plus grand bien!
Tous les véteteurs, jogeresses et promeneurs sont aimables et souriants: un vététeur trentenaire qui tire une langue pas possible me lance “déjà que c’est dur pour moi je n’ose même pas imaginer combien ça l’est pour vous!” …
En vérité je vous le dis: ceux qui restent au lit par les petits matins tempétueux de l’automne ont tort! ils ne savent pas ce qu’ils manquent!


#47

Voila un dimanche bien chargé, minimun 30 km pour cette rando qui au dire des vététistes presents est très dur, un terrain bien gras sous un ciel bleu azur que l’on a pas vraiment le temps d’apprécier tellement le parcours est semé d’embuches, des montées énormes, des descentes techniques, pentues bref le rêve. Un petit article sur le journal de la ville http://www.montceau-news.com/toulon/mieux-que-jules-verne-le-tour-du-monde-en-une-seule-journee-266.html
l’éclate totale, rendez vous est pris pour l’année prochaine


#48

Un bon dessin vaut mieux qu’un long discours :

Aujourd’hui 20 kil avec bouin-bouin en 24 le long de la vallée de le Bièvre ! 8) ( c’a doit faire approximativement dans les 9853 tours de pédales)
ciel plombé , rafales de vent mais sous les arbres c’est cool, chemins mouillés pas collants , impec ! :stuck_out_tongue:


#49

jchuis vert! … de jalousie


#50

BEAU parcours pour la région parisienne :laughing: !!!

Je rêve de pouvoir faire un jour 20km en mono :frowning:


#51

La suite ds les projet de ballades …Je suis sur un itineraire du coté de la Mérantaise entre la ferme du Manet a St Quentin et Chateaufort


#52

ya encore un mois , je faisait une petite ballade en foret de quelque Km sur mon devil,… mais quelles foret !! l’amazonie en mono 8) , des passages en déscente raide , des montée aussi , des racines de 1 m de diametre une terre argileuse et glissante a souhait , mon arriere train s’en souvient encore :slight_smile: et mes cauchemare aussi ! je me souviens trés bien du moment ou je roulais assez vite sur ce petit chemin bien praticable , quand je vois un petit serpent marron a environ 40 cm devant ma roue !!
pas le temps de m’arreter , donc je pédale a fond et je passe a 2cm de sa queu , le serpent saute et tape dans mon short , a l’ariere de mon genou . je continue a pédaler a fond j’usque a environ 20 m en hurlant comme un taré :
“-UN SERPENT ! UN SERPENT !!!”
le serpent , comme tout les autres animaux n’avait pas du m’ entendre .
a mono on est rapide et silencieux !!!
meme si le serpent ne m’a pas mordu , pendant quelque heure je m’arretais régulierment pour vérifier en tremblant si je ne voyais pas deux marques rouges aparaitre sur mon mollé !!


#53

si le serpent t’avais mordu, tu l’aurais senti directe je pense.


#54

vaut mieux vérifier :confused: , ya certains petit serpents , tu les sent a peine !!
pis’ celui la c’était un mauvais , d’après les locaux :open_mouth:
on est jamais trop prudents …

la leçon a portée , maintenant je porte mes protèges tibias !!! (pas que pour les pédales !!!)


#55

e pense que c’est efficace

Merci de votre solution

que des informations détaillées

comparatif simulation assurance vie multisupport - simulation assurance vie ! Les sites de simulation assurance viecomparatif simulation assurance vie multisupport


#56

Spam !!! Caché, mais Spam quand même !


#57

Bien vu xD


#58

je viens de passer 3 semaines en bretagne, et pour les ballades en mono, le littoral est magnifique…
j’en ai fait 4 ou 5 avec un qu-ax 29 pouce, c’était la première fois que je le testait en TT, j’ai adoré !
par contre plus les ballades sont bien, plus elles sont dangereuses, parce qu’à un mètre du vide et des rochers 10m plus bas, faut pas se foirer… vivement que j’ai un frein !
(je suis pas mal tombé sur les passages difficiles, et une fois j’était pas loin de tomber…)

j’ai eu un problème aussi, c’est les piétons… j’en ai croisé pas mal, et j’ai failli rentrer dans un mec en descente, il a du se coller contre les buissons (et les ronces) :unamused:

PS : pendant que j’y suis, d’après vous, c’est possible de percer des manivelles qu-ax pour en faire des double trous ? parce que 145mm pour faire de la distance c’est pas extra, et je trouve les manivelles kris holm chères…


#59

Baf si t’a de quoi percer et faire un filetage adéquat vas y mais elle sont pas prévues pour non plus…perso je ne m’y tenterais pas (et j’ai des 170 en 24"…)


#60

en gros, si je tente faut que je soit sur que c’est très bien fait, sinon ca casse ? et vu que je connait personne qui peut me faire ca bien, je crois que je vais éviter…
(tu va a quelle vitesse avec des 170 ?)