Se rendre aux Unicon à peu d'impact ?

Salut,

je lance un pavé dans la mare doublé d’une bouteille à la mer (c’est très con vous allez me dire : la bouteille va couler !).

L’Unicon 21 se déroulera aux zétazunis d’Amérique.

De mon côté, j’adorerais y participer (au passage, Grenoble 2020 m’a fortement motivé à considérer cet évènement d’un point de vue moins participant-consommateur que bénévole-ambianceur !).

Mais je me rends à l’évidence, je ne souhaite pas prendre l’avion, et dans l’idéal j’adorerais qu’on ait une solution collective pour s’y rendre à plein sans émettre le quota carbone individuel d’une année complète en quelques heures.

Ça m’ennuie car je pense qu’il n’y a pas de solution réaliste pour moi = le bateau est une solution lente, donc qui imposerait d’'avoir beaucoup de temps pour y aller et revenir, donc à faire plutôt en famille à quatre dont 2 enfants qui auront 4 ans. Pas évident pour du cobatelage/cobaturage.
D’autant plus qu’il semble que les traversées se font plutôt au départ de destinations accessibles uniquement … en avion !

Et vous, vous en pensez quoi ? Vous avez déjà réfléchi à la question ? Vous cherchez une solution avec moi ?

@Sam on se trouve des convoyages à faire dans les deux sens ?

3 « J'aime »

Les RTB ont déjà prévu de faire deux équipes : l’une qui part en bateau, l’autre en avion. Et inversement au retour !
Mais, clairement, il faut du temps…!

Pour ma part, prendre l’avion me rebute également… Mais je ne peux pas faire l’impasse sur l’Unicon. Même si c’est pas fou, je me dis que je peux prendre l’avion une fois tous les 4/5 ans pour me rendre à un événement mondial.

1 « J'aime »

Pour donner des ordres de grandeur :
1 vol A/R Paris <=> Minneapolis = 1,4 tCO2e par passager
Et pour calculer votre empreinte carbone actuelle : https://datagir.ademe.fr/apps/nos-gestes-climat/

Mais oui, je pense aussi « m’autoriser » des vols transatlantiques tous les X années environ… sauf que je suis allé au Japon en 2017 et que je compte y retourner un jour :wink:

2 « J'aime »

Super intéressant ce lien @chouch !!!
Je viens de me bilanter. 4,9 tonnes actuellement, sans prendre en compte ma bagnole remisée à la casse au profit du velo. Objectif 2 tonnes, ça semble jouable.
Merci encore

Argh, l’aller-retour me ferait la moitié de mes émissions à l’année ! :scream:
Va falloir faire des économies d’énergie sur la prochaine année… Heureusement que la crise énergétique est là pour nous aider :grin:

1 « J'aime »

… sifflote nerveusement à l’idée de son bilan carbone au vu des allers retours métropole / Guadeloupe…

Mon bilan est de 4,4T, fait y’a qques jours. Bien en dessous de la moyenne française, et encore beaucoup trop haut.

Je crois que je n’irais pas dans le Minnesota. Ne serait-ce que parce que je me suis inscrit comme bénévole dans un événement qui a un impact carbone BEAUCOUP plus fort. Volontaire Olympique et Paralympique :D. Mais je peux y aller en TGV :p.

Sinon, on ne fait que les Unicon en Europe. Antoine Albert fait ça depuis longtemps. C’est dur de lâcher peu à peu des choses qui nous tiennent à cœur dans notre confort. :confused:

Le bateau, j’attends de le voir pour le croire, ça risque d’être une logistique bien compliquée :smiley: ! Même si dans le fond, ça envoie du rêve ^^.

4 « J'aime »

Soit ça, soit on essaie de faire beaucoup plus attention le reste de l’année. J’ai un bilan carbone assez bas pour un français (3,5 TeqCO2, végétarien + tous les déplacements à vélo/mono ça aide !) mais je conçois que ça reste toujours beaucoup trop… Quasiment 2x plus que ce qu’il faudrait !
Bref, je pense quand même faire exploser mon bilan carbone une fois tous les 4 ans. Quitte à refuser quand des ami.e.s me proposent de partir en vacances à l’autre bout du monde (ma meilleure amie n’apprécie pas que je refuse toutes ses offres :sweat_smile: ).

1 « J'aime »

Je me rassure un peu en me disant que les services publics ont des objectifs importants de réduction de l’empreinte carbone également, donc je suis déjà proche de l’objectif avec encore des petits efforts possibles un peu partout.
(je suis à 3,2 t en amortissant mes vols en avion de ces 7 dernières années)

Gingo, d’accord avec toi que c’est peu évident de lâcher sur certains trucs.
Quand on a de l’argent (=c’est plutôt mon cas), c’est facile d’habiter en ville, de prendre le train, d’isoler sa maison, etc. C’est plus dur de renoncer à la consommation d’objets et de services comme les voyages !
Heureusement je suis un gros radin de nature :sweat_smile:

Ici ça va se décider en famille : si on va tous dans le Minnesota (en avion), ça veut dire que nos rêves d’aller explorer Hokkaido à vélo s’éloignent !

ps : c’est con mais je remets en question l’achat du tshirt Unicon… est-ce que j’en prends un ou pas ? Sachant que j’achète toujours des produits made in europe et si possible en matières naturelles bio… et vous ?

1 « J'aime »

C’est une question que je me suis posé, notamment pour Elsbet où j’avais décidé de ne pas prendre de t-shirt. J’ai déjà beaucoup de t-shirts cotons (que je mets finalement assez peu car je préfère le synthétique voire le Mérinos ces derniers temps :heart_eyes: ) et j’ai préféré ne pas prendre un nouveau t-shirt qui ne me servirait pas.
Concernant le t-shirt Unicon France… C’est (était) aussi un moyen de soutenir la délégation. Le président de la CNM que je suis te pousserait à en prendre un dans tous les cas, tandis que la personne que je suis te pousserait plutôt à réfléchir à la question « en ai-je vraiment besoin ? Vais-je le porter parce que je n’ai plus beaucoup d’autres t-shirts à me mettre ? ».

1 « J'aime »

J’ai quasiment pas/plus de tshirts techniques portables donc la question se pose, effectivement :wink:

Le merinos j’en reviens : trop de trous à la moindre utilisation hors des routes :confused:

1 « J'aime »

Oui, ce ne sont pas les t-shirts les plus solides quand il faut s’aventurer dans les ronces… L’un de mes 5 t-shirts en Mérinos est justement troué. Mais les autres tiennent bon. Je verrai ce que ça donnera dans quelques années !

J’ai fait le test, et le trajet pour aller à Grenoble en voiture avec ma maman représente presque 1/10ème de mes émissions annuelles. Certes le test ne prend pas en compte l’achat de mes jantes carbones… :upside_down_face:

Ça fait 14 ans que je n’ai pas pris l’avion et je déteste l’idée de le prendre… Mais si je vais dans le Minnesota, ce sera certainement en avion…

Sinon, je ne vois pas bien comment on peut être en dessous de 2t, il y a déjà plus d’1t incompressible pour les services publiques. Et mon logement me coûte également 1t (appartement de 16 ans, acheté d’occasion l’année dernière). Et dans la tonne qui reste, la moitié c’est mon alimentation bio locale végé.

1 « J'aime »

Oui, clairement il y a moyen d’affiner… cette année j’ai racheté du matos vélo qui n’est pas pris en compte par exemple.
A l’inverse, j’achète pas mal de trucs d’occasion et/ou sourcés « au mieux » (vêtements ou alimentation) et ça n’est pas comptabilisé.
Bref, ça reste une approximation à but pédagogique pour se rendre compte des efforts qu’il y a à faire.

2 tonnes c’est un objectif qui ne peut pas être atteint avec uniquement des actions individuelles.
C’est un projet de société qui permettra de les atteindre (et il faudra que le monde entier s’y mette, ce qui est un autre débat…).
Les services publics vont aussi devoir réduire fortement leur impact évidemment. S’ils passent à 0,2 - 0,3 tonnes (en énergie c’est l’objectif approximatif) ça change déjà la donne.
Le logement, outre la construction, c’est aussi son chauffage qui doit te mettre dedans j’imagine.

1 « J'aime »

Le chauffage, c’est le réseau d’eau chaude chauffée par l’incinérateur qui est à 500m. C’est le seul type de chauffage qui n’est pas comptabilisé. :stuck_out_tongue: La tonne c’est uniquement pour sa taille, son age et le fait que je vis seul dedans.

Sujet complexe et un peu hors sujet « déplacement Unicon », mais tu peux considérer que tu te chauffes à l’élec en première approximation (voir ci-dessous si vous voulez des détails) car en standard les valeurs sont très proches. En réalité ça peut être 3 à 5 fois plus…

Résumé

Pour l’élec on compte en général le mix moyen (de l’ordre de 40g/kWh) ou un mix adapté « chauffage » (+ carboné car on se chauffe quand il fait froid tous en même temps et que les centrales gaz tournent +) mais ça ne semble plus être à la mode :wink:

Pour le réseau de chaleur, soit on compte très peu d’émissions (car c’est de la récupération de chaleur sur un autre process, on aurait de toute façon brûlé les déchets - ici 41g/kWh pour Villejean), soit on compte la combustion de la part non organique (donc non renouvelable) des déchets. J’ai pas le chiffre exact mais on doit être dans les 50% de 300g/kWh soit 150g/kWh au moins…

1 « J'aime »

Essaie les mérinos randonnée de décathlon. J’ai commencé à voir des trous dedans au bout de 5 ans d’utilisation quotidienne.

Ce sont ceux que j’ai et c’est l’un d’eux qui s’est troué rapidement (j’ai dû tirer un peu fort alors que j’étais bien suant, il a collé à ma peau et un trou s’est formé). Autant dire que c’est pas le plus solide qui soit.

Disons que de toute façon quand tu te vautres dans les ronces, le merinos c’est pas ça vu que c’est tricoté…

1 « J'aime »

Ou comment passer de l’impact environnemental d’une transatlantique à celui des ronces sur le mérinos ha ha !

Pour revenir au sujet, aller à Minneapolis en voilier ne paraît pas envisageable, à moins de prendre un congé sabbatique, que la voile soit ta passion et ton projet de vie, de renoncer à emmener ses jeunes enfants et plusieurs roues. La route normale est de descendre aux Canaries avant de traverser l’atlantique pour choper les alizés jusqu’aux Antilles avant de remonter vers New-York (faut compter deux mois sans traîner, tu vas pas faire ça sans arrêts). La route retour par le Nord est bien plus sportive, avec des dépressions à gérer en chemin.
Peut-être qu’à terme on remplacera l’avion transatlantique par des bateaux rapides tirés par des kites, à moteur à hydrogène mais il faudra quand même une quinzaine de jours minimum pour traverser (bonjour le cardio en descendant du barlu après 15 jours à rien faire).
Pour l’instant il y a (à la marge) le bateau stop sur des cargos (projet RTB ?) mais là encore il faut du temps et un home-trainer à bord si tu veux ensuite profiter des compét’.
Pour moi la solution écologique est de ne pas y aller et de profiter d’événements européens.
C’est un autre sujet mais ce qui te fait rêver chouch en fait c’est un Unicon sans compétition, une vrai convention de mono quoi !

2 « J'aime »