Protéger ses poignets

Au travers des multiples témoignages, on se rend compte que les fractures des bras et des poignets sont fréquentes en cas de mauvaise chute, mais on dirait pour autant qu’il n’y a pas de solution miracle pour les éviter.

Je vous propose donc que nous essayions de nous mettre d’accord au sujet de la protection de nos poignets.

Les plaques rigides des " gaufriers de roller " protègent-elles vraiment mieux ? Il semble que non, puisque sans éviter la fracture du poignet, elles favorisent la facture de l’avant bras !

Les gants Kris Holm, qui protègent la paume de la main des éraflures, n’évitent pas non plus les fractures du poignet.

Je déconseille vivement de se fracturer le scaphoïde ! J’y ai eu droit il y a quelques années : 3 mois et demi de plâtre au minimum avec le coude pris et un gros risque de complications (nécrose). J’ai eu de la chance (je cicatrise bien), mais d’autres on en a eu moins : un copain a notamment subi des opérations chirurgicales en cascade ; les douleurs lui ont rendu la vie impossible et il a finalement perdu la mobilité de sa main droite ! :confused:

La question de la protection des poignets reste à mes yeux un dilemme ; il semble qu’il n’y ait pas de consensus clair au sein de la communauté, d’où ce nouveau sujet sur la question :

Comment éviter une fracture du scaphoïde sans risquer une fracture du radius ?..

Je n’en n’ai pas la moindre idée. Moi, j’ai les mitaines pulse :

Je ne sais pas si c’est bien ou mal. Pour le moment, je les mets peu, mais ça va sans doute changer dès que je vais attaquer des sentiers moins roulants…

Ces derniers temps, j’ai eu tendance à laisser tomber toutes les protections vu que je ne fais pas des trucs violents et que je commence à mieux maîtriser ma monture.

Si j’attaque les caillasses du bout de ma rue, je me rééquipe comme robocop…

1 J'aime

Elles n’ont pas l’air mal du tout ; en plus de la protection des paumes, les straps permettent sans doute de bien de maintenir le poignet et ça limitera un peu la violence du choc ;

Y a-t-il une plaque rigide sur le dessus ?

Je doute néanmoins que ces mitaines t’empêchent une fracture du poignet en cas de mauvaise chute, surtout si tes articulations ne sont pas tellement souples : pour peu que le poignet parte un peu à l’intérieur, le scaphoïde qui est un tout petit os qui assure tout la mobilité du poignet, explose littéralement lorsque le poignet arrive en fin de course sous l’effet d’un choc violent (c’est la fracture courante chez le motard en cas de choc avant, et comme je l’ai expliqué juste au-dessus, elle est vraiment très embêtante, car ce petit os tellement important n’a qu’un seul point de vascularisation, ce qui rend sa consolidation particulièrement problématique)…

Analyser la protection d’un membre c’est comme une analyse de résistance mécanique: il faut lister les contraintes rencontrées, leur fréquence/intensités et voir comment éviter les plus grosses/courantes.

Comme le rappelle les manuels de toutes les protections: «ce sont des dispositifs de protections pour minimiser et non empêcher totalement la blessure».

Les protections de roller protègent les poignets rn chute bien à plat (avant ou arrière) en focalisant sur la dissipation de l’impact tout en évitant une torsion/rotation.
Les gants KH semblent se focaliser sur la protection contre les plaies de la paume tout en fournissant un maintien progressif du poignet en torsion (la main bouge toujours mais la protection freine au lieu de bloquer).

Et même avec la protection idéale, impossible de s’assurer que son corps est 100% prêt à encaisser au delà de ce que la protection fourni ou de la zone protégée (d’où les blessures périphériques comme l’avant-bras cité précédemment).

En gros: la protection va être un savant mélange de matériel, attention et une pincée de chance.
Mais se poser la question de comment se protéger, c’est déjà travailler son attention et réfléchir à ce qu’on fait pour mieux trouver comment se protéger des risques les plus évidents et probables…

4 J'aime

Je me suis cassé le scaphoïde il y a un an (chute en snowboard ; débutant, je suis tombé quasiment à l’arrêt sur le plat et me suis bêtement retenu au poignet pour soulager mon fessier endolori par les précédentes chutes)(j’avais oublié de prendre des protège-poignets type roller). Je m’en suis bien remis après une très très longue immobilisation du poignet (4 mois) et une rééducation du poignet suite à cette immobilisation. Cette fracture est typique de la chute en arrière verticale (snow, skate) ; je ne crois pas que les chutes à mono génèrent cette fracture (si on tombe en arrière c’est plutôt à plat, pas verticalement), peut-être que certains ici me contrediront s’ils ont testé à leur dépend.
Je porte toujours à mono les mitaines pulses (et des genouillères et des coudières pour le cross le 36" Schlumpf).

3 J'aime

pour les gants ou mitaine Pulse, oui il y a une plaque en plastique. Elle beaucoup plus légère que sir les gants de roller ( elle a une certaine souplesse).

2 J'aime

Sans pour autant te contredire Sam, je me suis cassé le scaphoïde à roller, à l’occasion d’une mauvaise réception après un saut de marches, une chute avant avec réception sur les poignets, un accident similaire à une chute avant non rattrapée à monocycle.

Contrairement à ta chute à l’arrêt, le choc a été très violent, est sous son effet, le scaphoïde ce petit os en forme de lune, a littéralement explosé en 4 morceaux (triple fracture) et si malgré les douleurs qui ont duré des années, je m’en suis relativement bien sorti, encore une fois, c’est parce que mes capacités de cicatrisation sont au-dessus de la normale…

C’est une réponse claire et complète : il n’y a pas véritablement de solution pour prévenir ces risques pourtant évidents et probables ; pour se protéger, il faut miser sur un savant mélange de réflexion, d’attention, et de cuir (bien serré mais pas trop rigide), sans oublier une bonne pincée de chance ; une sacrée alchimie et rien qui soit vraiment de nature à me rassurer concernant mes filles… réfléchir au comment et travailler son attention … :smirk: :thinking: :+1: MERCI BEAUCOUP !

1 J'aime

Une autre solution est… D’apprendre à tomber.
Ça peut se travailler grâce aux arts martiaux (judo notamment) et en escalade de bloc.
Bon, actuellement ça ne marche pas trop, mais bon.

4 J'aime

Pour pas se blesser faut rester dans son canapé :joy:

Mais bon tu auras d’autres problèmes aussi en raison de la sédentarité :smiley:

Alors quitte à avoir une blessure de temps en temps mais en faisant travailler son cardio, ses muscles, y compris muscles profonds pour l’équilibre, le mono m’a l’air vachement plus bénéfique que négatif :wink:

3 J'aime

Ok, merci Atita. Ce n’est pas précisé sur le site du CDK. C’est une bonne chose qu’il y aie une plaque, car combinée avec le serrage du strap, elle maintient le poignet et ça peut contribuer à absorber une partie du choc en cas de chute violente, évitant que le poignet ne parte en arrière et que le scaphoïde n’encaisse.

Tu parles de la roulade avant sur l’épaule?

Faut sacrément de sang froid pour mettre la tête pendant une chute ! Si c’est bien fait c’est sûr que c’est un bon moyen d’absorber l’énergie de la chute mais pas sûr que ce soit donner à tout le monde.

En tout cas moi ça me fait peur et j’imagine même pas un moment d’hésitation pendant une chute et le ratage de la technique :confused:

1 J'aime

Je suis d’accord Aurélien, ça peut aider pour les chutes à faible vitesse, mais lorsqu’on va vite et qu’on tombe de haut, on n’a pas toujours le temps de se rattraper, ni malheureusement de positionner son corps avant l’impact…

Oui, c’est ça.
L’idée ce n’est pas que tu tournes sur l’épaule, c’est surtout la position des mains et lancer une rotation (sur l’épaule, ou le flanc).
L’idée c’est que c’est les efforts vont s’appliquer sur l’avant bras, puis le coude, puis le triceps, puis l’épaule, puis le dos va rouler. Après, les genoux tapent souvent.

En fait si justement, c’est une chute pratique quand on va vite. Généralement, une chute en route se fait par l’avant sur les pieds, à ce moment, on fait un ou deux pas avant de tomber, c’est le temps nécessaire pour se préparer.

Évidemment, ça demande de la pratique pour y arriver assez vite.

En muni, c’est beaucoup moins facile à faire, car souvent on tombe directement à plat.

2 J'aime

Ah ah ! Merci Guillaume de nous le rappeler et de nous remonter le moral :wink: :smiley: :+1:

Tu prêches une sacrée bande de convaincus, tu dais ! :rofl::pirate_flag:

Mais c’est quand même bien de se raisonner un peu, d’agir en conscience, avec une attitude préventive (pour éviter si possible les fractures du scaphoïde, vraiment de très méchantes blessures)

MERCI BEAUCOUP ! :yum: :smiley:

1 J'aime

Personnellement, cette roulade sur l’épaule me parle. Comme l’indique @Aurélien, lors des chutes à haute vitesse on a tendance à faire quelques pas de course avant de tomber. On a donc tout le temps pour se préparer. C’est en tout cas possible jusqu’à 30 km/h environ, au-delà, courir devient compliqué.
En muni, la vitesse est généralement moindre. En faisant attention, on peut généralement courir sans avoir besoin de partir en roulade. Mais dans ce cas, ce sont surtout les chevilles qui sont à risque, avec la présence de cailloux et de trous…

4 J'aime

https://www.instagram.com/p/B-GMNnwAoYk/?igshid=8p8njkvjvre1
En muni c’est pas toujours possible…

3 J'aime

Je comprends. N’ayant jamais fait de chute avant non rattrapée, et les craignant depuis que je suis passé au 29, je m’imaginais projeté en avant avec réception directe sur les poignets, mais non, selon vous et d’expérience, même si la vitesse est trop élevé pour courir, ce sont toujours néanmoins les pieds et les jambes qui vont toucher le sol en premier… dans ce cas, oui, la roulade sur l’épaule me parle également, même si je ne l’ai pas encore vécue sur ce type de chute… Merci Maxence :slightly_smiling_face: :+1:

1 J'aime

Il se peut tout de même que la ou les premières chutes, tu n’arrives pas à te rattraper sur les pieds si tu vas vraiment trop vite. Mais, comme souvent, il « suffit » d’adapter sa vitesse à ses capacités et tout se passe bien. Je pense que tu peux aussi t’entraîner sur de l’herbe à accélérer, puis à sauter de ton monocycle par l’avant. C’est à mon avis une bonne méthode pour apprendre à ne pas mettre la tête la première dans le sol : tu apprends à ton corps à se réceptionner sur les pieds et non les mains.
En pratique, les moments où tu tombes vers l’avant sont ceux où ta roue s’est bloquée contre un obstacle (caillou, trou, …) et où tu bascules. À ce moment-là, il faut avoir le réflexe de sauter par l’avant si tu as trop de vitesse pour envisager une descente propre par l’arrière.

2 J'aime

Aïe aïe aïe ! Voilà exactement le genre de chute que je me représentais, avec totale perte de contrôle et projection horizontale en cloche vers l’avant… Pas bon à la réception ! :woozy_face: :face_with_head_bandage: