Pourquoi faites-vous du monocycle ?


#1

Hello !

Aujourd’hui, je me demandais quelles étaient les raisons principales pour lesquelles les gens faisaient du monocycle. En cherchant un peu, je suis tombé sur un vieux sujet de 2008. Au lieu de le déterrer, je me suis dit qu’ouvrir un nouveau sujet pour parler des motivations actuelles était une bonne idée :wink:

Donc, pour ma part, il y a deux raisons principales :

  1. J’éprouve une sensation de liberté quand je roule. J’ai l’impression de pouvoir aller où je veux, beaucoup plus simplement qu’en vélo. La taille des monocycles (même des 36") rend leur transport et leur stockage assez faciles, ce qui contribue à cette impression de liberté.
  2. Les sensations sont uniques ! À chaque instant, on est à la limite de la chute. Ainsi, maîtriser son monocycle revient à jouer avec cette chute afin de s’en servir pour tenir en selle et continuer à pédaler, voire à accélérer !

Et vous, pourquoi roulez-vous ? Vos motivations ont-elles changé depuis 2008 ? :smiley:


#2

En parallèle on pourrait demander “Pourquoi avez-vous arrêté le monocycle”, mais ceux qui ont arrêté ne passent plus ici. Sauf à l’occasion @Monsieur_K si j’ai bien suivi :smirk:

Ce que tu me dis me rappelle une discussion que j’ai eu avec Ivan après une sortie du mardi soir.
Je lui disais que j’aimais les sensations, que j’avais l’impression de “flotter” et que c’était autre chose qu’un vélo !
Il m’a répondu que j’aurais sûrement dit un truc similaire si j’étais passé du monocycle au vélo. C’est bien possible ! :smile:

Est-ce que la réponse à ta question est dissociable de la raison pour laquelle on a commencé ? Je ne sais pas.
Pour ma part j’ai commencé le mono par simple curiosité, puis je me suis découvert un grand plaisir à faire un peu de tout terrain, mais j’ai arrêté suite à mon retour en ville, après ~3-4 ans au fin fond de la (des) campagne(s).

Pourquoi donc que je continue à rouler ?
Pour…

  • Aller d’un point A à un point B ?
  • Les compliments (des filles) ?
  • Faire mon intéressant ?
  • Parce que je n’ai pas de vélo ?

Je me suis parfois posé la question : pourquoi je ne “passe” pas tout simplement au vélo ? Après tout depuis un an je ne m’en sers (presque) que pour me déplacer, même si j’ai envie de refaire du tout terrain mais que la paresse est plus forte que tout. Des fois je passe quand même dans des zones d’herbe et de terre avec des trous et des bosses où je kiffe essayer de garder mon équilibre sur un sol a définitivement l’air de vouloir faire tomber :smile:

Finalement, je pense que j’aime bien les sensations et le fait que même après tout ce temps le monocycle reste un peu challenging (que celui qui ne rate jamais un départ lève la main).

Parce qu’il y a des sensations agréables. J’apprécie notamment de ressentir ma maîtrise d’un véhicule d’une stabilité pas toujours évidente, réussir des virages secs imprévus, ralentir au point de m’arrêter une ou deux secondes, puis repartir, sans avoir eu la senstion d’avoir été en déséquilibre. Ce genre de petits trucs.

Il y a aussi le fait que je suis de nature à m’intéresser à ce qui est inhabituel… Le monocycle en tant que sport ou moyen de transport en faisant partie.

Parce le monocycle est quelque chose dans lequel je me suis m’investi plus que bien d’autres choses, que j’aime fréquenter sa communauté (surtout virtuellement vu que personne ne roule chez moi…).

Que le monocycle moderne est “récent” et qu’il me plaît de suivre son évolution, même si je suis apparemment arrivé après l’effervescence des années ~2004. :smiley:

Même si je ne fais ni trial/stree/etc et en fait pas de tricks du tout, j’étais content d’être témoin sur internet des premières réalisations de certains tricks (seat whips, saltos, spins avec un nombre ahurissant de degrés…), de même que certaines innovations matérielles qui ont eu lieu : axe à vitesse, nouvelles technologies propriétaires…

C’est facile à ranger, c’est un point important. :smiley:

Et puis… Sûrement par habitude aussi !

Ça fait pas mal de petites choses !


#3

Pour frimer évidemment !

Plus sérieusement, je suis sûr qu’un certains nombre d’entre nous ont été à un moment ou à un autre attiré par le fait que ça accroche l’œil.