De la longévité des monocyclistes...

Pendant l’Unicon, j’ai eu une conversation avec un ex-champion du monde qui me faisait remarquer que lorsque tu avais été au top, c’était difficile de se contenter d’autre chose. Il justifiait l’absence ou l’abandon d’autres monocyclistes par cette frustration. Cet abandon est encore plus frappant dans certaines disciplines, elles sont touchées plus durement que d’autres par l’absence des anciens meilleurs : street, trial (Zack, Ryan, Yoggi ont tous arrêté), freestyle.

Cet état de fait me rappelle une autre conversation avec Gingo, à Paris sur la fréquentation de la balade du mardi. Il me disait que de nouvelles têtes arrivaient, en général de moins de 20 ans, et que ceux de plus de 20 ans avaient tendance à disparaitre…
C’est sûr que le temps libre plus difficile à gérer doit être une bonne excuse pour ceux qui finissent les études, mais je me demande à quel point les deux ne sont pas corrélés.

En Basket, Muni et longue distance, on croise beaucoup plus de mâles avec du poil au menton qu’en trial ou en freestyle (sans parler des disciplines de Diegos).

Peut-être que le mono c’est comme le mariage, à un certain age, ou au bout d’un certain nombre d’années, ça passe ou ça casse… Ou peut-être que certaines disciplines attirent spontanément les jeunes, qui finissent par passer à autre chose parceque c’est dans leur nature.

Je me demandais à quoi c’était lié, si vous aviez déjà réfléchi à ça et ce que vous en pensiez.

Ceux qui abandonnent avant d’avoir ete au top ne sont pas des vrais monocyclistes, selon moi.
Perso, moi je peux plus m’en decoller.

Edit: je pense aussi que certains commencent le mono parce qu’ils trouvent ca super cool et original, mais apres ont la flemme ou n’ont pas la motivation pour aller plus loin que rouler en avant, en arriere, a un pied, faire des petits sauts.

Non, je parle de ceux qui ont du niveau, pas des débutants qui abandonnent au bout de qqs semaines ou mois. En l’occurrence quand je parle de « niveau » je pense plutôt à une longue expérience, que ce soit dans la pratique ou dans les figures.

Ah d’accord.
Peut etre que certains se lassent au bout d’un moment, ils n’eprouvent plus aucun plaisir a rentrer un nouveau tricks ou un nouveau transfert.
Apres certains en effet n’ont plus le temps, ou il se passe un evenement tragique, comme une felure au coccyx (vecu par quelqu’un dans ma rue…).

Je pense que c’est lié à 2 facteurs:
-Le mono est un sport jeune (surtout pour les disciplines de Diego) il est donc « facile » d’acquérir un niveau faisant référence dans le milieu (enfin, plus facile qu’en Tennis par exemple). C’est encore le cas: on peut être dans les meilleurs mondiaux sans sacrifier sa vie au sport de haut niveau… Et c’est tant mieux :wink: .
-Les disciplines de Diego concernent les jeunes qui ont l’impression que le mono c’est leur vie et puis… la vie continue et d’autres « loisirs » se présentent à eux. Ce n’est nullement un jugement, c’est normal.

Je me demande si la culture vidéo n’y est pas pour quelque-chose: on fait des belles vidéos, on finit par être « reconnu » sur les forums monocyclistes… Et parfois le retour à la réalité est dür quand on doit montrr ce qu’on sait faire pendant un run de flat ou de street. On s’enflamme… et on arrête :cry: .

tu dis n’imp’ Ty… Le but ultime de tout le monde n’est pas d’être le meilleur, faut pas oublier la partie de plaisir qu’il y a a faire du monocycle, a se retrouver entre monocyclistes.

personellement, je prends plaisir a rouler, et je ne cherche pas plus…pour moi c’est devenu un moyen de locomotion au même titre qu’un vélo, et ca me suffit amplement.

Je pense aussi qu’il y a au bout d’un moment une certaine lassitude qui s’installe vis-à-vis du mono, pas forcément dans la pratique, mais dans le boulot… On a plus envie de bosser, bosser et encore bosser pour passer une nouvelle figure. On se reconverti vers d’autre discipline plus roulante, balade, basket,… Où on prend du plaisir sans se prendre la tête.

Je pense que l’émulation joue beaucoup dans la continuité de la motivation…

thieum tu te ramolis, tu fais des posts intéressants et sans sondages :open_mouth:

Ti nicO

C’est Anso qui a piraté mon compte pendant la nuit j’ai pas commencé ces deux fils.

Et toi t’en es où du programme de la CFM ? :smiling_imp: :laughing: :laughing: :laughing:

Il est vrai que le sujet mérite réfléxion :smiley:
Je ne pense pas qu’il y est de différence avec les autres sports, maintenir un certain niveau nécessite beaucoup d’entrainements, et énormement de concessions, certains sont prêts et d’autres moins (exemple dans d’autres domaines ; MANAUDOU en natation veut gagner mais ne pas bosser trop dur, HENIN au tennis veut rester N°1 à vie et prends sa retraite à 25 ans, LONGO en cyclisme à tout gagné et continue au plus haut niveau à 49 ans)
Une des difficultés pour un sport comme le monocycle réside en grande partie dans le fait que ce sport soit totalement amateur et qu’il est très difficile de concilier vie active et entrainement de haut niveau ou encore étude poussé et entrainement de haut niveau, la plus part des sportifs d’autres disciplines sont aidés avec des possibilités pour s’entrainer ainsi que des facilités pour obtenir une reconversion ou des diplomes (dans le tennis par exemple l’obtention du Brevet d’Etat est largement favorisé pour les joueurs de haut niveau)
Peut être que des débouchés dans le milieu monocycliste permettrait à certains de s’adonner totalement à leur passion, en devenant entraineur par exemple.
D’ailleurs ça me fait penser qu’il faut que j’aille bosser, bonne reflexion à tous au plaisir de vous lire

 Je pensais plus ou moins la même chose avant de lire ce que tu as dis :slight_smile:

On ne cherche pas forcément le haut niveau, mais pour ma part c’est plutôt le plaisir de liberté de mouvement et de transpiration intense.

 Et pour ce qui est du muni, c'est ma discipline favorite, mais c'est celle que je pratique le moins : faute de moyens de locomotion .

Les balades sont aussi des discipline que certains adorent, et pourtant j’espère ne pas deja être si vieux … aie aie aie !
Et pour dire que nous, jeunes aimons aussi le muni : je pars l’été prochain 1 ou 2 semaines en Savoie pour faire un max de muni en 24 avec un ami …

 Euuuh bien-sûr c'est pas pour autant que j'aime pas le flat ! mais le trial m'a trop fait mal au dos, même en ayant un niveau merdique ^^

Enjoy ! Simon

Youpi, enfin l’avis d’un jeune mâle débutant (eh oui c’est moi!)
Non en fait je pratique depuis noël dernier en me spécialisant surtout dans les randos et munis.

Pour ma part, ce qui m’a attiré dans le mono est l’originalité de ce sport. C’est une sensation grandement différente par rapport aux autres moyens de transport (eh oui, je vois le mono comme un RER :smiley: ). Ensuite ce qui me plait, c’est qu’on n’a jamais TOUT maitrisé. Même si je suis pas fan de trial, je m’entraine assez souvent pour les sauts ca on peut dire que chaque pratique différente du mono est intimement liée.

Après, quand on a poussé la pratique du monocycle, dans son domaine de prédilection, jusqu’aux limites du corps et de l’esprit, que les exploits sont de plus en plus durs à réaliser, il est vrai que la motivation se fait rare.

C’est vrai qu’il y a aussi l’âge. Moi, par exemple, je rentre en 1èreS, ce n’est pas encore grand chose, mais je ne peux plus faire 2h de mono chaque soir. Alors ceux qui entament des prépas ou autres…

Pour moi (moi moi moi) le monocycle est a la fois une détente et le moyen de rencontrer des types biens et sympas. Je pense que certains sont dans le même cas et tant qu’on peut se retrouver (et que mon boulot me le permet), je continuerai le monocycle.

Excellent post Thieum :wink:

J’ai commencé le mono trop tard pour avoir du temps à y consacrer tous les jours. Dommage. Cependant, dès que j’avais 1 heure de libre j’en profitais. Le chômage m’a laissé pas mal de temps mais en même temps tu fais attention à ne pas te blesser. Arriver en béquille dans un entretien c’est pas le top.
Et puis viens le boulot et ces contraintes. Moins de temps libre et d’autres envies aussi.
Le mono reste une activité que j’apprécie beaucoup pour les sensations de liberté que cela procure et je suis rejoins Thieum et Gingo sur le fait que ballade, muni et basket me procurent ce plaisir sans nécessairement beaucoup d’entrainement.

PS: J’apprécie vraiment la ballade du mardi et promis, je reviens bientôt dans la catégorie plus de 20 ans :wink:

c’est curieux je ne retrouve pas un post que j’avais fait sur le même sujet et qui devait s’intituler quelque chose comme « les oiseaux de passage ».

Même constatation: on voit passer des étoiles filantes, des gars qui font des progrès énormes , qui brillent … puis disparaissent des écrans.

même remarque: Muni, distance, basket moins touchés … pourquoi?
Striteux et Trialoux c’est à vous de nous présenter votre ressenti à ce sujet
(je vous admire mais comme je ne peux pas en faire autant je reste philosophe)

Le problème c’est que les streeteux et trialistes qui ont plus de 2/3 ans de pratique ont tous disparu de ce forum epuis longtemps :wink: :laughing:

Car ce sont des disciplines roulantes (donc moins dangereuses), et dans lesquelles on peut vite se faire bien plaisir sans avoir un niveau de ouf (cailloux, feuilles, boue pour le tout terrain, paniers chanceux ou contre atttaques éclairs pour le basket).
Pour la distance c’est peut-être plus le goût de l’effort physique .

yop,

Ra difficile question …
Je ne peux pas juger et porter ma conclusion sur tout le monde, je le ferai donc de facon egoîste sur ma personne.
Personnellement, quand j’ai commencé, à 16 ans, j’étais au lycée, plein de temps libre et 2 Objectifs, être sponso et faire un podium mondial !

J’ai eu l’immense chance de les atteindres, vu que j’ai suivi l’évoilution en direct des disciplines de Diego :wink: ( comme le premier Flip francais par Manu ) à l’époque ou j’apprenais le 180 spin.
Maintenant, à 19 ans, avec les études, j’ai de moins en moins le temps et les nouveaux objectifs sont irréalisables avec la concurrence collégiennes en permanance sur leur monos…Mais je ne veux pas me résilier à me dire que c’est fini !!
Je cherche et je trouve ce qui me fait avoir ma dose d’adrenaline et de bonheur, même si c’est plus rare, c’est plus intense.
Alors c’est vrai que maintenant je kiff toujours autant, mais différement, sur les conventions à rencontrer masse de gens.

Il y a 1 ans encore je ne comprennais pas pourquoi les plus ancien arreter ?!!
Mais c’est peux être la suite logique des chose ? je n’en sait rien.

Ou alors, c’est juste un creux de vague et ça repartira de plus belle après.
Il faut des objectif réalisables, en tout cas moi je marche comme ça, si je n’est pas de carotte au bout du bâton je ne pourrai rien faire, mais ce n’est surment pas la vision de tout le monde et je le comprend très bien.

Bref, je concluerai en disant que t’en qu’on y croit, on peux toujours avancer, même à 20 ans ! Que personne ne me dise le contraire :wink:

C’est sur que il y a plus de concurences car plus de monde à en faire !
Moi perso je voudrais que le monocycle reste comme sa c’est à dire pas que sa devienne un sport comme le football et je ne veux pas non plus qu’il y en ai au J.O ! Je sais que tout le monde n’ai pas de mon avis y’en a surment qui veulent la médiatisation du mono !

Ca m’étonnerait grandement que le mono se « médiatise » comme tu dis. Trop de personnes bloquent sur cette activité.

[Sergent Matayo]@Two-M et krokkodin : On reste dans le sujet, c’est un des rares sujets sérieux donc on essaye de le garder tel quel.[/Sergent Matayo]

Arthur, c’est marrant je pensais à toi aujourd’hui en me disant que t’étais le seul qui pratiquait encore depuis que j’ai quitté la France en 2006, et qui fréquente encore le forum de temps en temps (pour vendre Switch :smiley: :laughing: ).

Zzagg et toi résumez bien le problème : La discipline est jeune et en perpertuelle redecouverte d’elle-même. Les précurseurs se voient dépasser par des jeunes qui eux-même se font évincer quelques années plus tard.

A l’arrivée, les vétérans du mono extrême sont ceux qui ont su allier activité professionnelle et monocycle : Dan Heaton, Yoggi, Arthur, Maître Kris, Roland (ah non pas Roland :wink: )… A la rigueur, le légendaire Zzagg, serait le seul à continuer et ce, sans activité professionelle liée au mono.

Thieum : BP 16939, Dakar-Fann, Sénégal