Comment prendre les virages ?

Pas évident en effet.
Il faut trouver un juste milieu entre pencher la roue à l’intérieur du virage (ça aide bien) et perdre l’adhérence de celle-ci (c’est pas bon du tout).
Comme on dit aussi dans d’autres sports : rentrer doucement et sortir vite plutôt que rentrer vite et sortir mort.
Tenir le guidon à deux mains, ou à une pour s’équilibrer avec l’autre ; en tout cas ne pas changer d’idée en cours de virage (les transferts de masse en cours de virages sont catastrophiques).
Déplacer son centre de gravité à l’intérieur du virage en se baissant légèrement, une photo vaut mieux qu’un long discours ; tu parlais de pro, en voici une brochette (Scott Wilton, Christoph Hartman et Martin Charrier, podium du marathon de Montréal où a été prise cette photo (ça doit être dans le dernier virage car Scott a passé la course dans la roue des deux autres)).


On voit que Scott donne assez peu d’angle à sa roue mais se penche énormément dans le virage.
Tout dépend de l’angle du virage. Le mieux est de s’entraîner sur des rond-points ou en se faisant de courts parcours qui tournicotent ; tu répètes et petit à petit tu prends des repères de vitesse et d’angle.

Si d’autres ont des conseils, des astuces ou des idées d’exercices pour améliorer la technique je suis preneur…

Une autre photo de Martin et Scott (au 10 km de Montréal)
Virage

2 J'aime

Hum, ok je vois.
En fait mon gros problème, c’est que je prends toujours mes virages rapides comme Scott, et je n’arrive pas à pencher ma roue. Du coup, je ne suis pas aligné avec mon mono et je n’arrive pas à pédaler correctement. En plus, je tourne mal et perd toute ma vitesse.

Je prends les virages plutôt comme Scott, en poussant le guidon vers l’extérieur et en mettant le corps à l’intérieur (une position un peu « cassée »). Martin est plus gainé et aligne son corps avec le mono (plus comme Christoph).

Concernant la chute d’Aurélien, il faudrait savoir si tu es tombé sur le côté, l’avant ou l’arrière.

Le pneu et la pression du pneu joue beaucoup sur la maniabilité. En général, un pneu slick léger avec un profil bien rond et une pression élevée permet de tourner beaucoup plus facilement.

J’ai un profil plutôt rond bien gonflé et très roulant.
A priori (c’est allé très vite) je suis parti vers l’extérieur, j’ai tourné vers l’extérieur pour tenter de me rattraper, et du coup je suis parti en avant.

en voyant la photo et la position des champions je vois que c’est comme en moto, si j’ai bien suivit. Si tu penche l’engin le bonhomme se penche moins et donne plus de poids verticalement pour moins risqué de glisser ( c’est la position la pus risquée pour déraper). Si on ne penche pas l’engin il faut que ce soit le bonhomme qui se penche et abaisse le centre de gravité pour tourner (sinon c’est tout droit) …

1 J'aime

De mon côté, je suis plutôt style Scott Wilton. J’essaie de temps en temps de pencher le mono en même temps que mon corps, mais c’est loin d’être évident. À mon avis, c’est un truc à bosser et l’astuce de prendre plein de ronds-points doit pouvoir aider (à condition de trouver des ronds-points pas trop fréquentés et pas trop humides. Certains ici en ont fait les frais…).

1 J'aime

Aurélien est en 29" standard.

Pour les virages à grand rayon de courbure, on peut utiliser la tendance du mono à sinusoïder en accentuant à l’intérieur du virage.

Incroyable de voir à quel point les techniques de Martin et Scott diffèrent !.. A priori, et en dépit de ma toute petite expérience, à l’instar de Martin, j’ai tendance à gainer et à prendre de l’angle (bon je suis très loin d’être un champion et ma vitesse ne me met pas vraiment en danger)…Par contre, je découvre que pour limiter le risque de perte d’adhérence, il est possible de donner moins d’angle à sa roue en se penchant énormément dans le virage… C’est très intéressant ! Y a-t-il une technique meilleure que l’autre ? Qu’en dit Martin et pourquoi ne se penche-t-il pas ?..

Je trouve que la position penché est beaucoup moins confortable (mais à grande vitesse, je n’arrive pas à pencher le mono), c’est sûrement pour ça que Martin ne la pratique pas

1 J'aime

Ok, merci @Aurélien ! Et oui, tu n’est plus en ligne avec ta machine, l’ensemble étant contraint, tu ne fait plus corps et ça implique une sortie de virage et un retour progressif (sans doute désagréable) à la position d’origine ! Je suppose que l’essentiel est de bien connaître les limites d’adhérence de son pneu en fonction de l’angle, afin de décélérer si nécessaire…

J’ai le même problème à mon niveau (en 29 pouces non schlumpfé, manivelles 100 voire 89).
Plus les manivelles sont courtes, pire c’est je trouve.
Clairement il faut bien gonfler sinon ça empire le phénomène.

Mais j’ai trouvé la parade : j’ai pas roulé depuis 6 mois, plus de problèmes de virage :upside_down_face:

4 J'aime

@chouch Moi j’ai trouvé la parade : j’ai pas roulé depuis 6 mois

Ça fonctionne, mais je fais du mono taf (quand le temps normand le permet), l’unicon est dans un peu plus d’un an, et je veux progresser avant de passer au 36, donc …

2 J'aime

:rofl: :crazy_face:

Moi aussi, je fais du mono taf tous les jours. Puisque je suis en télétravail à 100%, ça me fait approximativement 2 x 0 km par jour :sob:

1 J'aime

14 pour moi (voire 40 si je me trompe de sens en sortant), et uniquement sur piste cyclable séparée de la route (500 m max sur la route)

2 J'aime

Courage !