Les réactions de vos proches

Je me fais ici l’écho d’un sujet récent posté sur le forum international.
Comment réagissent vos proches quand ils voient que vous vous livrez à une occupation aussi zarbi que le monocycle?
fierté? interrogations sur votre état mental? … racontez-nous ça!

À toi l’honneur ! :smirk:

Bon allez je me lance :

Pas mal de curiosité côté famille, voire parfois de la stupéfaction ou une admiration excessive. Même des années après je suis « celui qui fait du monocycle ». De temps en temps, j’ai l’impression d’être défini par ça plus que par d’autres choses et ça m’agace. Il arrive que les autres mettent en avant cet aspect de ma vie alors que je n’en ai pas envie. Par exemple si je fais connaissance avec des gens et qu’on me pose des questions, quelqu’un peut dire « Ha ! Il t’a pas dit, mais il fait du monocycle ! » ou « Dis-leur que tu fais du monocycle ! ».

Je suis de nature plutôt discrète et quand je fais connaissance avec quelqu’un, à moins que quelque chose m’incite à en parler, je n’évoque pas le sujet. Au pire je me contenter de me dire que je « fais du vélo » sans préciser la nature du vélo.

Ma copine trouvait (et trouve toujours d’ailleurs) assez ridicule l’aspect qu’on a en faisant du monocycle, sans qu’elle remette en doute le talent requis pour dompter et manier la bête :smirk:

Il me semble également, sans pour autant en avoir de souvenir clair, que certains aient manifesté une interrogation à la limite de de l’incompréhension : "quel est l’intérêt de ce truc ? :face_with_raised_eyebrow: "

3 J'aimes

Mes parents sont assez fiers.
Mes amis du cirque trouvent que je suis bon.
Et mes amis de l’IUT trouve qu’il faut être sacrément débile pour faire du mono sur un balcon après un certain nombre de verres.

3 J'aimes

C’est sûr, que c’est souvent vu comme une originalité, une bizarrerie. J’essaie au max d’expliquer que c’est un apprentissage, comme le vélo, et pas si « anormal » que ça.

Je pense que mes proches sont plutôt fier. Au boulot, y’a un commercial qui raconte à qui veut l’entendre « c’est le président de la fédé de monocycle ! »

2 J'aimes

Ça se passe plutôt très bien.
Comme ça me rend plus « zen » ma chère et tendre en profite (elle se demande juste où je vais encore stocker mon prochain mono) -elle espère aussi que je ne vais pas encore me crasher :frowning:-
Ma fille est très fière (elle trouve ça original) et mes petits-enfants trouvent ça normal (50% des grands-pères font du monocycle :wink:)
Comme j’ai une petite tendance au cabotinage j’en parle souvent à mes connaissances (on brille comme on peut en société :smirk:)
j’oubliais: ma toubib est ravie de mon état physique, elle aimerait bien que d’autre patients fassent autant d’exercice ! (elle signe des deux mains mon certificat pour la pratique du monocycle en compétition -bon elle signe aussi pour un autre sport de fou)-)

La fanfare ? :innocent:
Moi ça va avec madame. Comme pas mal ici, ou sur le forum international, les monos étaient là avant elle. Elle soutient aussi puisqu’elle voit l’effet que ça me fait ! Cela dit, elle veut bien passer à l’Unicon, mais de la à rester toute la durée…

Ahah Pierrox j’aurais pu écrire exactement la même chose.

Côté famille, on va dire qu’il y a eu de la progression : du délire bizarre d’ado accompagné de moquerie parentale (j’avais fini par acheter mon Quax Profi sur « mes propres » deniers d’ailleurs), c’est presque passé à une forme de normalité.
Ce qui les étonne le plus c’est ma persévérance : ils pensaient que cette passion ne me durerait que quelques mois, au pire années… et ça fait plus de 15 ans que ça dure.
Mes amis, ça les amuse toujours un peu, mais comme ils sont soit de longue date soit eux aussi monocyclistes, ça se passe bien :slight_smile:

Le plus étonnant et le moins simple à gérer, c’est les relations professionnelles. Entre les collègues qui trouvent ça idiot (très rares), les curieux / incrédules (la majorité), rares sont ceux qui ont envie de tenter malgré les nombreuses perches lancées.

1 J'aime

Je pense qu’on est pas mal dans ce cas !

De mon côté, mes parents voient ça avec philosophie (« tu as toujours été un original, mon fils ») mêlé d’un rien de crainte de la part de ma mère (« fais attention à toi quand même »). Mon épouse est, je pense, admirative de ma persévérance, et est de toute façon responsable puisque c’est elle qui m’a offert mon premier monocycle. Mes fils sont fiers de leur papa (mais bon, c’est un peu leur mode par défaut) tout en trouvant ça plutôt normal (d’autant plus que l’aîné s’y est mis aussi).
Mes collègues trouvent ça amusant, et j’en ai deux qui m’ont dit « ah ben tiens j’en ai fait un peu avant, j’essaierais bien à nouveau entre midi et deux » sans pour autant être encore passés à l’acte (en même temps, cela fait deux semaines que je ne viens plus au boulot en monocycle, du fait de la combinaison pluie + nuit qui tombe tôt).

Les seules réactions peu amènes que j’ai pu avoir venaient de vieilles acariâtres qui m’en voulaient de rouler sur le trottoir (bien que celui-ci soit super large).

De mon côté, comme j’en fais depuis que je suis enfant (j’ai dû commencer aux alentours de mes 6-7 ans), c’est devenu presque normal dans la famille. Le seul truc qui m’embête, c’est que je reste un peu la bête de foire : « on fête machin, tu veux bien faire une démonstration de monocycle ? ». Je vois mal quelqu’un demander ça à un adulte qui fait du vélo. C’est assez gênant, d’autant plus que je ne fais quasiment plus de figures mais plutôt du muni et de la route.

Au travail, mes collègues étaient souvent curieux, parfois un peu moqueurs et certains étaient admiratifs quand je leur parlais de mes « exploits » (les enduros VTT que je fais, par exemple).

À l’école, des professeurs trouvent ça intéressant, d’autres trouvent que c’est une menace mortelle (littéralement « life threatenning », je n’ai pas trouvé de meilleure traduction !).

Dans tout ça, les avis sont très partagés selon les personnes !

ah j’avais oublié ce sport là :wink: (et c’est vrai que c’est un drôle de sport d’endurance!) … non, non: en pacifiste convaincu j’adore taper sur mon prochain dans un dojo :roll_eyes:

J’ai eu ça une fois il y a peu. Du coup je me suis arrêté et je suis allé les voir (une grand mère et sa fille). Au bout de 10 minutes on était les meilleurs potes du monde. Elles ont fini par me dire « oh mais vous ça va vous allez pas trop vite, c’est les machins électriques qui nous font souci ».

2 J'aimes

Mes proches ne s’étonnent pas, j’ai l’habitude d’être « l’original de la famille ». Pour eux, c’est simplement une excentricité de plus :grin:

Ce midi, j’ai eu une discussion assez houleuse qui c’est conclue comme ceci: le monocycle n’est pas un sport.
Impossible de donner des arguments, je crois que vraiment faire du mono en soirée n’a pas été une bonne idée.

La personne devait juste avoir envie de te faire chier. :roll_eyes:

Le monocycle n’est pas plus un sport que le vélo, la piscine ou des baskets, c’est sûr. Par contre la course à pieds, la natation, le VTT ou un marathon à mono…

2 J'aimes

Sport : activité physique exercée dans le sens du jeu et de l’effort, et dont la pratique suppose un entraînement méthodique et le respect de règles.
On y est là non ?

On est d’accord que parler du véhicule dans ce contexte désigne le sport par métonymie, pas besoin de jouer sur les mots :stuck_out_tongue:

Leur argument était, un vrai sport c’est un sport où tu ressors avec des bleus.
Ils n’ont clairement pas vu mes mollets après une séance de drag Seat en short.

1 J'aime