Pression du pneu et température extérieure

Bonjour,

Depuis quelques temps, la température extérieure évolue beaucoup. On oscille entre -15°C et 5°C de manière assez rapide et j’ai l’impression que ça joue beaucoup sur la pression du pneu. Exemple récent : il y a deux jours, il faisait 2 ou 3°C et mon pneu se comportait parfaitement pour rouler sur du bitume. Aujourd’hui, il fait -10°C et j’ai l’impression que la chambre à air paraît beaucoup plus dégonflée.

Est-ce une simple impression ? D’un point de vue physique, ça pourrait s’expliquer assez aisément (l’air se dilate avec la chaleur donc se comprime avec la fraîcheur) mais je ne suis pas sûr que ce soit visible avec « seulement » 12 ou 13°C d’écart.

Si ce n’est pas qu’une impression, vous auriez des astuces pour éviter de devoir gonfler/dégonfler tous les deux jours ?

Merci ! :smiley:

Tu peux demander à xkcd à quelle vitesse il faut rouler pour que le pneu chauffe suffisamment :wink:

2 J'aimes

D’apres mes lointains souvenirs en physique, PV=nRT
P c’est la pression, V le volume, et T la température
n et R sont constante si on ne rajoute pas d’air et que la chambre a air n’est pas poreuse.
Ca veut donc dire que la pression est proportionnelle a la température.
quand la témpérature extérieur est inférieur a celle de l’endroit ou tu as gonflé le pneu, la température a l’interieur de la chambre a air va baisser une fois dehors et donc la pression aussi.
inversement s’il fait plus chaud.
Il faut donc vérifier la température dehors, et la regonfler dehors.
Attention si gonflé a bloc une différence de température positive peut faire exploser le tout.

1 J'aime

Mais quid de :

:question:

Oui, c’est exactement ce à quoi je pensais. Je n’ai pas envie de faire exploser mon pneu ici.
Et comme Canapin le souligne, je ne sais pas si ce léger changement de température fait assez baisser la pression pour que ce soit aussi flagrant. Je vais peut-être faire quelques calculs, tiens :wink:

[EDIT] Après calcul, il semble que la variation de la pression soit de l’ordre de 5%. C’est vraiment pas énorme. (J’ai simplement divisé la nouvelle température, -13°C, par la température de base, 0°C après avoir converti en Kelvin, ce qui donne ~95% de la température, donc ~95% de la pression initiale.)

Tu as constaté le phénomène inverse ? Sinon : fuite lente ?

J’avoue ne pas avoir fait attention dans l’autre sens. J’oscille entre les balades en forêt et les déplacements sur la route, donc je passe déjà bien assez souvent du temps à gonfler et dégonfler ma chambre à air pour ne pas y faire attention d’habitude. Là, c’était flagrant à cause de cette chute brutale de température et mon absence de balades depuis plusieurs jours…