Mention du monocycle (et du terme "mono" !) dans une chanson de 1869

Trouvé par hasard en cherchant le terme « monocipède » sur Google (un pote se plaît à appeler l’engin ainsi :smile:).

La chanson d’Alexandre Flan est publiée la première fois dans « la revue de Grenoble Le Vélocipède N°5 du 1er mai 1869 (p.8) »
« Cette chanson est publiée le lendemain, le 2 mai, dans La Chanson illustrée N°6 (Paris, 1869) sous une forme plus longue »

Le magazine sur la BFN : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5758487v/f1.item
Lien direct: La_Chanson_illustrée___paraissant_[…]_bpt6k5758487v.pdf (2,8 Mo)

Le monocycle se trouve dans les deux derniers couplets :smiley:

Les Vélocipèdes

Air De la Vénus aux carottes (Paul Blaquière).

Un véhicule à la mode partout
Et qu’il nous faut chanter, pour être en règle
Avec la mode, avec le nouveau goût,
D’une façon joyeuse autant qu’espiègle :
C’est ce dada qu’on rencontre à tout coup,
C’est cette fièvre encore sans remède;
Or ça, chantons, de peur de faire un loup,
Le fin vélo (bis), le fin vélocipède!

Déjà, dit-on, en mil huit cent dix-huit,
En plein Paris, on vit cette monture :
Et même à Londre, au Parc, à Regent-Street,
On signala sa triste architecture.
Mais nos parents, moins toqués que leurs fils,
Ont dû trouver cette invention laide,
Car sans pitié l’on s’est moqué jadis
Du beau vélo (bis), du beau vélocipède !

Or; aujourd’hui, son règne est arrivé :
Au Luxembourg, comme au bois de Boulogne
Collégien, artisan ou crevé,
Sur un bicycle à cheval, sans vergogne,
Vifs comme un trait, vont dévorant le sol
Et la cocotte à la toquade cède…
Voyez plutôt celle qu’a mise Hadol
Sur un vélo (bis), sur un vélocipède !

Songez combien la langue va souffrir !
On ne dit plus : bon cheval de trompette.
Être a cheval sur la vertu, courir
Comme un cheval, vieux dictons qu’on rejette ;
Vélocipède a détrôné ce mot
Dans le langage ordinaire… Elle est raide l
Et vous lirez sur chaque hôtel, bientôt :
On loge à pied (bis), comme à vélocipède !

Comment classer ce nouvel animal ?
Est-ce une bête ou bien une machine ?
Il tient du sphynx autant que du cheval,
À le dompter le patient s’échine.
Nous faudra-t-il, pour savoir ce que c’est,
Ressusciter monsieur V. Lacépède ?
Naturaliste illustre, il classerait
L’affreux vélo (bis), l’affreux vélocipède l

Mais le vélo fait florès, à ce point
Que des facteurs la race se récrie,
La poste en veut !… Et ne parle-t-on point
D’en remonter notre cavalerie ?
On dit encore, et l’incident est neuf,
Que Henri IV en raffole et qu’il plaide
Pour remplacer son cheval du Pont-Neuf
Par un vélo (bis), par un vélocipède !

Le progrès vole, et déjà le vélo,
Au lac d’Enghien, monstre marin, piaffe ;
Sous sa pédale on l’a vu lever l’eau…
Changeant d’allure, il se dit podoscaphe.
Encor plus fort ! Son terrestre pendant
Du monocycle a, nouvel Archimède,
Trouvé le truc… Mais quel nom plus fendant
Vaut le vélo (bis), vaut le vélocipède !

Le monocycle, après tout, qu’est-ce donc ?
De la fortune on invente la roue ;
La fable seule avait rêvé ce don,
Et désormais on l’achète, on le loue.
Soyons ravis! Laissons coupés et cabs,
Et que Plutus enfin nous vienne en aide l
Courons chercher les trésors des nababs
Sur un mono (bis) sur un monocipède !…

ALEXANDRE FLAN.

2 J'aimes

super-extra-calli-fragilisti-experi-génial!
il faut que tu fasses une communication de ça sur le forum international!

1 J'aime

Vieilles_photo

1 J'aime