Les sorties annulées


#1

Salut à tous !

Pendant la sortie que j’ai faite ce soir après le boulot, j’ai songé à rebrousser chemin tellement ça me paraissait compliqué. Seulement 6 km, mais une grosse montée qui tape dans les jambes !
Du coup, j’ouvre ce sujet pour parler des sorties que vous avez commencées mais que vous n’avez pu terminer, pour X ou Y raison :

  • Un temps plus rude que prévu ?
  • Un bobo un peu trop dérangeant ?
  • Un manque de préparation ?
  • Une casse irréparable sur le coup ?
  • Une surestimation de vos capacités ?
  • Une attaque d’aliens ?

Pour ma part, ça m’est arrivé trois fois.

  • En 2017, nous grimpions tranquillement la montagne de la Lure (près de Forcalquier) avec quelques camarades motivés. Après seulement quelques kilomètres, l’une de mes pédales a cassé net. Malheureusement pour moi, je n’avais pas pris de pédales de rechange… J’ai dû finir à pied/en stop/en pédalant à un pied ou en wheel walk !
  • Cette année, toujours à la montagne de la Lure, j’ai pu grimper sans souci (j’avais prévu la paire de pédales de rechange, juste au cas où :wink: ). Lors de la descente, il s’est mis à grêler. Violemment, et assez longtemps pour donner envie aux organisateurs d’annuler la descente. C’était bien dommage ! Peut-être que l’an prochain je pourrai effectuer une sortie à la Lure sans problème ? :stuck_out_tongue:
  • Encore une fois cette année, j’ai voulu aller faire un tour dans des montagnes pas très loin de chez moi. J’étais bien motivé, le coin avait l’air sympa et le chemin tout autant. Après quelques kilomètres de montée à travers les vignes, je suis arrivé dans la forêt. Et là, une horreur. Des larves qui pendaient de partout. J’ai avancé de quelques kilomètres, quasiment uniquement à pied en brandissant mon mono devant moi pour écarter les fils & les larves. J’espérais que celles-ci seraient moins nombreuses plus loin. Mais il n’en a pas été ainsi. J’ai donc dû faire demi-tour, à mon grand désarroi.

Bref, pour le moment, j’ai été victime d’une casse irréparable sur le moment (qui peut aussi s’apparenter à un manque de préparation !), un temps un peu trop rude et une attaque de larves (peu commun, n’est-ce pas ?).
Et aujourd’hui, j’ai donc failli être victime d’une sur-estimation de mes capacités et d’un manque de préparation.

Allez, je vous rends la parole. Je suis sûr que vous avez aussi de nombreuses aventures à raconter ! :smiley:


#2

Excellent la sortie chez Alien ! :wink:


#3

Entre ce sujet et Pourquoi avez-vous arrêté le monocycle ? c’est déprimant :smile:

Pour ma part jamais eu de sorties annulées (à part la sortie tt du dimanche dernier pour cause d’entorse), et j’ai jamais fait de “sorties” non plus en fait… :thinking:

Amener une pédales de rechange c’est un truc impératif chez les muniistes ? :thinking:
Autant une chambre à air ou des rustines je conçois bien, mais une pédale…


#4

On parle du sujet “Bobos !” ? :stuck_out_tongue:

Quand c’est vraiment du MUni, je n’emmène pas de pédale de rechange. Mais là, on parle d’une sortie d’environ 35 km, dont 18 de montée ! Et je pense que ce sont surtout ces 18 km qui font la différence, vue la force que l’on est capable de mettre dans les pédales !
Quant aux chambres à air et aux rustines, j’en ai toujours sur moi quand je fais du MUni ! Pour de la route, je préfère ne prendre que des rustines. Étant donné la masse assez importante de la chambre à air de 36", je préfère éviter d’en porter une sur moi :stuck_out_tongue:

Et cela me rappelle que j’ai oublié une autre sortie avortée ! Il y a une dizaine de jours, j’étais parti faire du MUni avec un pote cycliste (une vingtaine de kilomètres, un truc tranquille). Au bout d’à peine 3 km, sa chaîne a cassé. On a donc fait demi-tour. Heureusement pour lui, on n’avait quasiment fait que de la montée. Du coup, c’était assez simple de repartir dans l’autre sens. À côté, ça me laissait un peu de temps pour m’amuser sur les descentes un peu techniques. Sur l’une d’elles, pleine de gros cailloux (:heart_eyes:), j’ai voulu retenter plusieurs fois pour passer proprement et rapidement cette difficulté. Sur la 3ème ou 4ème tentative, je fais un saut un peu violent, je tombe et j’entends un gros “pfffff”. Ma chambre à air venait de se déchirer des deux côtés à la fois ! Et de gros trous, du genre que je ne pouvais pas réparer avec l’unique rustine qu’il me restait. Heureusement pour moi, j’avais une chambre à air de rechange (:smirk:) et j’ai pu réparer pour ne pas finir à pied. Bref, une autre sortie écourtée à cause d’une casse. Et c’est là que je suis content de ne pas avoir de chaîne sur mon mono !


#5

En septembre l’année dernière après 5 ans sans sport, (104kg) bien motiver à me bouger. J’pars tranquillement, du plat sur un bon km, puis une bonne grosse descente bitumé. Pas de freins, tout dans les cuisses, ça brûle mais c’est pas ingérable. Puis 500m en faux-plat montant. Là, j’vois flou, à bout de souffle, à deux doigts de tomber dans les pommes. Bon. Ben je vais rentrer à pied.
Maintenant ça va mieux, -25kg, j’enchaîne les 25km en balade sur le 24 sans difficulté. Ma seule et unique sortie avortée, je l’ai vraiment mal vécue.


#6

Ah ouais, difficile la sortie ! J’étais pas loin d’être dans le même état, tout à l’heure. Cette sensation d’être à deux doigts du malaise n’est pas du tout agréable… Avec le cœur qui bat excessivement vite et la tête qui tourne. Et c’est relativement dangereux…
En tout cas, il est cool que tu te portes mieux désormais et que tu puisses faire de longues sorties ! :slight_smile: