Le site du monocycle en France

venez racontez vos experiences mtt en forêt et sur littoraux

T.T., Muni, balades sportives, descente de l'Everest... Tout pour devenir un randonneur sur une roue !

Messagede M.O.U » 22 Juil 2007, 21:35

Bon j'ai un mono de "montagne" -du moins c'est comme ça que ça s'appelle en Ricain "Muni" (pour Mountain Unicycle). Du fait d'un temps peu clément j'ai raté mes dernières tentatives dans les Pyrénées.

Dimanche dernier j'étais sur la crête au dessus de Luchon (31) et j'ai décidé de faire la grande plongée dans la vallée.
Je crois être organisé et pourtant ma liste de contrôle avant le décollage comportait plusieurs erreurs:
- réserve d'eau : 75 cl .... ridicule!
- manivelles: 145 ... (j'ai pas la patience chercher mes clefs Allen pour mettre les 170)... stupide: vu la longueur de la descente (900m de dénivelé) et la pente (flan de vallée glaciaire) je vais pas pouvoir rester debout sur les freins.
- protecs: j'ai pas mis mes chevillières 661 -j'ai la flemme de les chercher- grossière erreur: j'ai un petit défaut de fabrication et il me manque une des articulations de cheville ... si je me plante c'est mauvais
- forme physique: excellente ... faux mon pote: la descente ne sollicite pas les muscles habituels
- temperature: ok brise fraiche (idiot! attend d'être dans les bois plus bas et tu vas crever - je crains terriblement la chaleur-)

Je ne connais pas le chemin et je vais prendre des pistes de débardage: mais ça c'est pas une erreur -même dans le bois je ne me perds pas facilement-

Bon fier comme Artaban je me lance : ça impressionne beaucoup un ado ennuyé qui a l'air de trouver qu'enfin on trouve des trucs cool en montagne. Au début ça va ... je fais quand même attention quand la pente est trop forte je marche un peu je n'ai pas envie de verser (les courbes de niveau se touchent). Sinon ça roule .... je ne contrôle pas bien le frein et donc je freine au max avec les cuisses ... Je suis seul (autre erreur, l'hélico ne pourra pas me voir dans les bois denses) et donc très très prudent: je ne vais prendre qu'un gadin mais spectaculaire ... une pierre roule je pars en vol plané, je pose mon pied sur une grosse pierre qui cède ... en un instant je sais que je vais me fouler la cheville, je me décontracte et je plonge tête le première en roulant sur mon épaule. Ma cheville droite me fait un mal de chien .. mais je peux encore marcher/rouler -je me rendrais compte plus tard que je ne me suis pas foulé la cheville je me suis juste bien fait mal sur un muscle du dessus du pied-
Par moment les bois sont très épais et très sombres : les coupes de bois sont anciennes et la piste en mauvais état. Le seul bruit du mono sont les brindilles qui craquent et du coup je surprend un chevreuil d'assez près.

à Mi-pente je réalise avec horreur que la temperature monte dangereusement et que je n'aurais pas assez d'eau pour finir. même dans l'ombre des bois il fait de plus en plus étouffant.
Je me mets à pédaler comme dans un rêve, j'ai les jambes qui tremblent.
Les chemins de débardage se finissent et il faut que je suive un chemin très raide sur lequel je ne peux plus rouler. je rejoins les prairies et je cherche un chemin pour aller au bout. Je trouve enfin une piste raide mais facile ... facile si j'étais en forme .. je n'en peux plus: je roule parceque marcher c'est encore pire. J'appelle au téléphone pourqu'enfin on vienne me chercher au village (Juzet) ma voix est croassante ... je suis mort de déshydratation. je tremble de tous mes membres.
Un litre d'eau et trois bières plus loin tout va mieux sauf les cuisses! j'ai pas pu marcher pendant 3 jours! la seule vue d'un escalier à descendre me retournait les tripes!
moralité: de l'eau, de l'eau et ecore de l'eau + attention la descente sollicite le dessus des cuisses alors ne faîtes pas 900m d'un coup sans entrainement spécifique :roll:
Mouvement Ondulatoire Unifié
Aquel trantoulhadis de RodoMancats
La bonne trajectoire pour un monocycle est la même que pour un satellite: ça tombe toujours et ça n'atterrit pas!
Avatar de l’utilisateur
M.O.U
Robocop infatigable
 
Messages: 2019
Inscription: 05 Juil 2004, 11:35
Localisation: 92 Sud,

Messagede Jean.pooz » 23 Juil 2007, 00:44

Au début du mois de Juillet, j'ai testé pour vous le "bike park" (c'est comme ça qu'on dit en vosgien) du Lac Blanc dans les Vosges.

Ils ont un site internet bien construit; tapez quelque chose comme "lacblanc".

C'était lundi 9 Juillet, je m'en souviens encore. Il faisait froid (11°C, on est à 900 m d'altitude) et la pluie ne s'est pas génée pour tomber en fin d'après-midi. Des conditions idéales pour se croire sur des pentes hivernales.
Ce que j'aime avec ce type de temps, c'est la traquilité et la convivialité qu'il nous apporte sur les pistes. Bref, on étaient vraiment très très peu nombreux sur le site.

Petite description : c'est une vraie station de ski en hiver - un télésiège de 6 places remonte les monocyclistes (j'exagère, j'étais le seul) - différentes pistes sont tracées dans la forêt - toutes les infrastructures de la station de ski sont utilisées (parkings, télésiège, bars ...) - location de vélos de descente et de protections - station de nettoyage de vélo -

Remarques : un seul vélo pour 6 places peut être installé sur le télésiège - j'ai pu prendre mon mono sur mes genoux

Première descente : échec total
Trop de boue, plein de racines et pistes trop bosselées.
Je décide d'emprunter une piste de débardage; trop plan plan.
Je croise une piste rouge de ski (une belle et large descente herbeuse). J'ai les chocottes de me jeter vers le bas donc je continue sur mon chemin forestier.
Après des centaines de mètres de chemin assez ennuyeux, je recroise ma piste rouge et là, je m'élance en hurlant "Ban Zaï". Et ça marche. Enfin ça roule et plutôt agréablement.
J'arrive en bas de la piste et je décide de refaire cette descente intégralement. Au départ c'est impressionnant de s'élancer mais cet itinéraire (par la piste de ski et non par les pistes de descente vélo) est vraiment jouissif. Je confirme le témoignage de MOU; le lendemain, le haut des cuisses est complètement courbaturé.

Une petite anecdote: j'ai descendu le début de la piste escorté par une quinzaine de vtt. Les gars ne pensaient pas que c'était possible de descendre sur une roue.

Pour conclure: l'accueil était sympa - maintenant, j'aimerais essayer ce genre de descente avec un mono équipé d'un frein et je rêve de refaire cette piste en plein hiver.
Jean.pooz
As du clavier
 
Messages: 220
Inscription: 27 Jan 2004, 23:35
Localisation: Vaujours (93)

Messagede M.O.U » 23 Juil 2007, 07:38

message urgent pour les amateurs de montagne.
En écoutant la radio ce matin j'ai appris que le tour de France passait par la port de Balès! -très inhabituel mais choix judicieux- il se trouve que je connais très bien ce parcours (en course à pied hélas :oops: ).
Si vous pouvez regarder à la télé .... pour le monocycle je ne vous conseille pas la montée mais la descente vers Mauléon-Barousse est faisable (route avec très peu de circulation) mais le mieux c'est la piste de crête: faisable par tous et point de vue superbe -partir du parking au col-
Mouvement Ondulatoire Unifié
Aquel trantoulhadis de RodoMancats
La bonne trajectoire pour un monocycle est la même que pour un satellite: ça tombe toujours et ça n'atterrit pas!
Avatar de l’utilisateur
M.O.U
Robocop infatigable
 
Messages: 2019
Inscription: 05 Juil 2004, 11:35
Localisation: 92 Sud,

Messagede monoleo » 23 Juil 2007, 10:16

Jean.pooz a écrit:- j'ai pu prendre mon mono sur mes genoux


t'a quoi comme mono pour aller faire du tout terrain ?
Avatar de l’utilisateur
monoleo
Mégalocycliste
 
Messages: 1559
Inscription: 24 Nov 2006, 21:22
Localisation: Toulouse

Messagede Jean.pooz » 23 Juil 2007, 12:52

un Koxx one "forest" 26 pouces
pneu try all 26 x 2.50

J'aime particulièrement ce mono en descente car il avale bien les aspérités du terrain.

ange
Jean.pooz
As du clavier
 
Messages: 220
Inscription: 27 Jan 2004, 23:35
Localisation: Vaujours (93)

Messagede Crabix » 29 Aoû 2007, 21:44

ça fait 2 mois que je taffe dans les gorges du tarn en lozere (sur un centre UCPA en tant que que directeur adjoint, mais on s'en tape), et j'ai eu l'occasion d'avoir une journée de congé vers le 15 Aout, et j'en ai profité pour descendre le causse (le plateau, juste que c'est extremement sec)...

La descente faisait environ 3 ou 4 bornes et j'suis incapable de vous donner la denivelation...juste que j'y ai passé un bon aprem...
le debut etait de la piste carrossable, puis progressivement, ça devenait du "single track" avec des pav'tons de la taille d'une teloche 36cm (petit pour une télé, gros pour un caillou quand même...) avec de bonnes grosses marches avec des departs et receptions dans les graviers biens mous...

je me suis pris des vautres comme jamais, j'ai eu des courbatoches pendant une semaine, mais qu'est-ce que c'etait bon !!!

(matos : Torker 24)


sinon j'commence a gerer, un peu, le surplace.


bonne fin d'vacances à vous, moi elles commencent , mais ne dureront pas.
aaaah tchoum
Crabix
As du clavier
 
Messages: 151
Inscription: 07 Mar 2007, 15:36
Localisation: La Rochelle/Angoulême

Messagede ricardo » 05 Sep 2007, 20:41

Bon allez je vais essayer de mettre ma mauvaise plume au service de ce merveilleux post :


Lundi dernier : l'humeur n'est pas au beau fixe, pas de doute la rentré aproche et j'ai le blues. deux choix s'offre a moi, rester devant la télé avec un pot de nutella ou me bouger l'arriére train et allez faire un peu de Tout Terrain, resultat je m'equipe et je me prepare a allez tester un nouveau chemin.

depart de chez moi traverser de 500m de garrigue a pied (ben ouais y'a pas de chemin) et c'est parti.

j'attaque une voie large, qui commence sur descente moyenne assez longue et trés callouitteuse. mon pneu est sur-gonflé et je doit tout amortir avec les cuisse la descente me semble interminable.,je le degonfle arrivé en bas de la descente tout rentre dans l'ordre oufff.

De la j'entame une single track au millieu d'une foret de chaine vert, le soleil brille les oiseau chante. Par moment la piste se fait trés "trialleuse" et l'alternance de chemin roulant et de chemin trés "cassant" est un regale.

Aprés quelque Km j'arrive devant une descente tres caillouteuse, trés raide et en sorte de "collimacon" a ma grande surprise je m'en sort entier et toujour sur mon mono, c'est que je deviendrais presque bon.

La voie debouche sur une forte montée d'environ 500m que je ne pourrait pas monter en mono. Arriver en haut je ne peut m'empecher de la descendre deux fois de suite. un pur regale malgre un arbre qui m'as gentilment acceuillis dans ses "bras".

en haut de cette cote je tombe sur une clairiére, ou git un dolmen.

Le retour ce fera par des single tracks assez roulant avec quelque rocher a sauter, et des passage assez compliquer sur des "faïces" (mur en pierre seche) jusqu'a ce que la voie retombe sur le chemin de l'aller (je ne m'en douter absolument pas).

Je rentre aprés cette petite randonnée (8 10 bornes je pense) faatigué, les jambes et les bras griffer mais ... avec un super morale, merci le mono

désoler pour le style pas terrible
C'est ma morphine, c'est ma coco, quoi ? c'est mon vice à moi l'mono !
club mono-valence ; http://mono-valence.skyrock.com/
Avatar de l’utilisateur
ricardo
As du clavier
 
Messages: 539
Inscription: 11 Sep 2006, 20:53
Localisation: montpellier / aubenas(07)

même pas mal!

Messagede M.O.U » 07 Oct 2007, 20:39

ce matin notre petit groupe à voulu aller se frotter aux VTTs dans une balade organisée pour les deux roues. (à Plaisir 78)
prudents on a opté pour les 20km (pour les roues de 24). ZIp et Chouch ,pleins d'énergie, ont opté pour le 30km.

petit matin romantique à souhait: brume et soleil. Shadok essaye de se souvenir des poèmes romantiques allemands.
Moi je démarre mal: je souffle comme un boeuf... Il faut donc que j'économise pour durer.
je croyais qu'on aurait des allées forestières et, heureuse surprise, on a eu des "singles tracks". Pour durer un seul mot d'ordre: se décontracter. Quand les branches sont trop basses ou le chemin trop cahotueux et bien je marche! mais pour le reste youpi!... que du bonheur... je me croie sur une piste de ski! tout est dans le rythme : tu roules dans le sous-bois tu zigues et tu zagues, tu marches et surtout garder le rythme.
seuel déception on arrive au ravitaillement intermédiaire trop tard : les gentils organisateurs ont déjà plié bagages. ça c'est un coup dur. donc sur la fin on prend un raccourci .. on a donc du faire dans les 17/18 km; de temps en temps on retrouve Zip et chouch vaillants mais perdus :wink:

ce rythme décontracté va se révéler payant: pas de courbature, pas de fatigue l'après midi et je dirais même plus: j'ai moins mal au genou gauche après qu'avant!

ah les petits chemins dans les bois que du bonheur!!! aucun de nous n'a été assommé par une chataigne tombante, on n'a pas bouffé de boue, que la nature est belle!
youpie!
Mouvement Ondulatoire Unifié
Aquel trantoulhadis de RodoMancats
La bonne trajectoire pour un monocycle est la même que pour un satellite: ça tombe toujours et ça n'atterrit pas!
Avatar de l’utilisateur
M.O.U
Robocop infatigable
 
Messages: 2019
Inscription: 05 Juil 2004, 11:35
Localisation: 92 Sud,

cythèrea tempestre

Messagede M.O.U » 02 Déc 2007, 17:00

Ce dimanche matin rafales de vent, rafales de pluie sur le bois de Clamart.
Pourquoi appelle-t'on ça un "temps de chien"? tous les tichienchiens qui habituellement promènent leur maître et font leur petit caca, sont restés au chaud sur le sofa, près du radiateur à regarder TF1.
C'est un temps de chien parce qu'il n'y a pas un chat!
J'adore le mauvais temps .... et je me lance dans les "singles tracks" au rythme de la pluie et des branchettes qui tombent... je fais ça à mon rythme. je suis tout seul et actuellement j'ai facilement des petites crises d'asthme: il faut donc que je reprenne mon souffle à intervalles réguliers. Il faut que je prenne les allées plus larges car je suis trop crispé et donc trop essoufflé dans les chemins étroits.
à part les chutes d'arbres je pense être protégé contre tout: je ressemble à un homme grenouille avec mes lunettes de ski par dessus mes lunettes de vue... sauf que la roue fait remonter de la boue humide qui me remonte dans les jambes du short: si quelqu'un me voit comme ça il va penser que j'ai le sphincter qui se relâche :oops:
Je prend enfin des allèes forestières: je suis le roi du monde! dans le bois le vent ne me gêne pas . La piste est parsemée de fondrières traitresses avec un mélange de feuilles mortes et de boue: mais là c'est génial! sur le conseil de François j'ai mis le Gazz en très basse pression: je survole tous ces pièges... je m'étonne moi-même car d'habitude je zigzague mal dans la boue. là je trace tout droit.
La descente vers les lacs de Meudon est super: rien à craindre des ravines pleines de feuilles et de boue. Je chute bien une ou deux fois mais c'est parce qu'une racine traitresse m'a pris par surprise ou parce que je n'ai pas vu à temps que le sol redevenait ferme.
Tiens j'ai médit: je croise un chien de chasse (ça existe donc encore les chiens courageux!). Apparemment il n'en a pas après moi et nous restons en bons termes.
Ce matin j'ai pris la résolution de remonter d'un coup depuis les lacs jusqu'au plateau: il faut dire que les cotes c'est pas mon fort. il faut donc que je travaille. Contrairement à mes habitudes je vais prendre la route goudronnée qui remonte et je vais essayer de la faire d'un coup!
Hélas je dois renoncer à mi-chemin: le rythme était bon, les jambes vont bien, le coeur aussi ... mais j'ai le souffle coupé par une crise d'asthme. j'ai la respiration d'un brontosaure gros fumeur qui vient de courser une femelle dans un marécage :roll: Toccata et fugue!
je finis à pied.
pour me consoler, sur le plateau, je m'offre un orgie de boue. Comme un gamin je fais exprès de passer dans les fondrières les plus immondes ... du bonheur total. En regardant mes traces je pense que sur ce parcours j'aurais pu battre un V.T.T (leurs traces sont zigzagouillantes et se terminent parfois mal :lol: mes traces sont -presque- rectilignes!).
moralité: par temps de boue mettez vos pneus les plus dégonflés possible.

petit problème technique au retour: comment conduire une voiture quand on est aussi cradoc?

13h"30 : après la douche je vais me mettre aux fourneaux. au menu: lapin au citron accompagné de trévise grillée! Ne le dites pas à Zippedy sinon il va trembler pour son animal de compagnie :twisted:
Mouvement Ondulatoire Unifié
Aquel trantoulhadis de RodoMancats
La bonne trajectoire pour un monocycle est la même que pour un satellite: ça tombe toujours et ça n'atterrit pas!
Avatar de l’utilisateur
M.O.U
Robocop infatigable
 
Messages: 2019
Inscription: 05 Juil 2004, 11:35
Localisation: 92 Sud,

Messagede M.O.U » 16 Déc 2007, 19:12

Ce matin il gèle à fendre l'âme.
Les "grandes roues" étant parties à l'Ouest nous ne sommes que 3 avec Shadok et Corentin.
Sur le plateau de Meudon dès qu'il ya un petit peu de vent ça caille sévère .... vite il faut rouler pour se réchauffer. rouler dans les allées: on prendra les "single tracks" plus tard quand on sera chauds.
scritch, scritch font les roues: les feuilles agglomérées avec la boue forment des blocs solides et compacts ... là où la semaine dernière je pouvais rouler dans de belle mares il y a maintenant d'étroites ravines de boue solidifiée ... à chaque fois on se fait avoir: dès qu'on manque de précision, on arrive sur un sol chaotique et le pied à terre imprévu se déclenche.
J'ai du mal à me réchauffer car la respiration ne va pas fort: c'est souvent pareil; il me faut au moins 3/4 d'heure pour me sentir "roulant".
Les autres sont sympas et m'attendent patiement.
Bon on se décide à prendre les petits chemins: je choisis une descente bien racineuse et bien raide.... un peu impressionnant mais pas si difficile. Un vététeur s'arrête pour nous regarder descendre .. on sent qu'il est scotché! (hé hé il n'y a pas de petits plaisirs: le monocycliste serait-il un peu cabotin?) en bas c'est pareil on tombe sur un groupe du troisième age en vadrouille forestière et ça les épate de nous voir.
dans le fond de vallée la piste est une ex-fondrière fossilisé par le froid ... pas toujours facile.
il va falloir remonter : on s'arrête pour prendre une route goudronée qui remonte ... François qui délaisse le mono pour le jogging extrème nous rejoint .. on a ensuite l'occasion de faire de la retape pour le mono auprès de deux jogeresses (toujours les petits à-cotés sociaux du mono).
bon il va falloir remonter ... pas moyen! la pente n'est pas extraordinaire pourtant: c'est promis en 2008 je travaille les côtes!
arrivés sur le plateau on roule puis on prend au hasard une allée cavalière qui à l'air de descendre bien raide (comment font les chevaux pour descendre un truc pareil?) c'est tout recouvert de feuilles mais c'est solide du fait du gel. du coup là aussi belle descente sans chute particulière.
On continue l'allée cavalière qui remonte et redescend en fonction des ondulations du terrain.
Comme il se fait tard en arrivant à la route on remonte vers la tour de telecom (au lieu de tirer tout droit dans un bois qu'on sait plein de chemins acceuillants).
suprise: en montant on découvre un nid de vététeurs/sauteurs qui à coup de pelles ont aménagé un petit luna-park. Il faudra qu'on y revienne pour tester (enfin je parle pour les courageux: je ne me sens pas capable de faire les sauts proposés. p'tet qu'on proposera ça aux trialeux de la région parisienne un de ces quatres).
A l'arrivée petite photo: Corentin m'a ramené une jolie médaille que les organisateurs d'une course d'orientation nous avait donné (je m'étais pété la cheville en route: alors je n'étais plus là pour la distribution). Je prend pour la posterité un pose martiale et vaine qui fera date :wink:

moralité: beau et froid c'est cool!
Mouvement Ondulatoire Unifié
Aquel trantoulhadis de RodoMancats
La bonne trajectoire pour un monocycle est la même que pour un satellite: ça tombe toujours et ça n'atterrit pas!
Avatar de l’utilisateur
M.O.U
Robocop infatigable
 
Messages: 2019
Inscription: 05 Juil 2004, 11:35
Localisation: 92 Sud,

Messagede Jean.pooz » 16 Déc 2007, 23:05

Bravo Bernard ...

Ce matin, j'ai vécu le même genre de sensation.
Descentes boueuses et gelées ou plutôt gadouilleuses et glacées. C'était un peu bizarre au début mais finalement en passant en force par dessus, c'était souvent jouable. Moralité : en cas de gel sévère, n'hésitez pas à surfer sur les traces verglacées.

Pour les montées, aujourd'hui, j'étais comme un peu rouillé. Le grand froid, je suppose. Comme je suivais un coureur qui s'entraîne pour un semi-maraton (et qui a bien progressé, le bougre !), j'ai du à plusieures reprises prendre des petits racourcis en prétextant de l'intérêt pour moi d'un itinéraire moins monotone.

Continue à narrer tes sorties hivernales : j'ai l'impression d'être avec vous ...

ange
Jean.pooz
As du clavier
 
Messages: 220
Inscription: 27 Jan 2004, 23:35
Localisation: Vaujours (93)

Messagede Nicoelgratto » 02 Mar 2008, 16:57

Dimanche 2 Mars,

Je suis etalé dans mon lit et je me force a dormir car je sais que lundi je vais bosser a 20h du soir. 10h le soleil qui filtre a travers les volets m'ejecte finalement hors du padoc, allez c partie une petite marche a pied pour s'echauffer. Mon but, acheter un oignon car comme vous le savez tous ,tout tourne autour de l'oignon...quand y'en a plus c la galere tout est fade ;) et, je n'oublie pas non plus l'autre chose essentiel : une biere. J'avale mon p'tit dej au lance pierre car le soleil se fait de plus en plus scintillant : Allez go j'enfourche mon vieux chromique pourris 24" pneu slick et pedale lisse comme des peau d'fesses de bebe. La rando commence devant l'appart et ça grimpe severe mais cette fois je ne la fait pas a pied, le footing que j'ai fait sous la pluie hier matin porte c fruit : j'avale la pente comme un gros V8 americain. Je croise un couple avec lequel j'echange un bonjour ainsi qu'un sourrire amical, petite pause sur le parking du court d'eau, faut pas se durcir les jambes non plus, un p'tit etirement et c reparti comme en 40 boudiou. Me voiçi sur le chemin de la cascade, une bouffée d'air humide accentue encore ma motivation et ça n'arrete pas de grimper mais tant que c du bitume, j'lâcherais pas l'mono, et mon entrejambe n'a toujours pas decrocher la selle, decidement, aujourd'hui j'ai la peche !
Quand, tout a coup, un jeune berger allemand cours vers moi un collier et un morceau de chaîne autour du coup, il est necessaire de rappeler que je me suis fait croquer la partie la plus intime de mon anatomie etant jeune par un gros berger allemand noir appelé "Satan"... Je ne me degonfle pas j'adore les animaux, mais plus particulierement les chats, et, je le reconnais : c la pauvre bete qui est attaché devant une maison d'habitude quand je passe a cet endroit, il me fait la fête et sans descendre du mono je continue mon ch'min et le plus drôle c que ce bougre me suis et semble apprecier ma compagnie. La route fait des "S" et, tout en continuant mon ascension je croise un autre couple qui me confirme que c bien le chien de leur voisin leur appel n'a aucune incidence sur le comportement du chien qui court dans tout les sens et semble bien decider a me suivre dans mon periple. Enfin arrive le chemin de caillou encore un peut plus raid qui mene a la magnifique cascade de virieu toute faite de mousse calcaire, cette fois je descend du mono et continue a pied. Un peut plus haut, le pont de la michaille et la route en S reprend, je remonte donc sur le mono j'usqu'a un nouveaux chemin de caillou qui mene a la cascade de Diaz je decide d'y faire une halte, cet endroit et chargé de petit ruisseaux, le chemin qui y mene est fait d'herbe et finit en gros galets qui mene a la cascade, mon nouveaux compagnon de m'a toujours pas lacher d'un tour de roue et traverse avec moi le court d'eau. De l'autre coté je m'assoie pret de la cascade et curieux, je cherche a m'interresser un peux plus a lui, il court dans tout les sens comme un fou, s'approche et s'enfuit des que je veux le caresser toutes c acrobaties me fond rire aux eclats et, petit a petit, j'arrive tout de meme a lui faire un gros calin (oh happy days !).
Je continue mon ascension, toujours a pied sur le chemin de caillou interminable puis les bois s'epaissisent et laissent passer moin de lumiere le chemin est fait de terre et de mousse, plusieurs options s'offrent a moi, je choisit toujours le plus facile a retrouver dans l'autre sens, mon jeune amis m'a lâcher, il a choisit sa route, puisse-t-il retrouver le chemin de sa maison sans encombre, je m'en veux de ne pas l'avoir ramener a son maître inconscient que je suis, mais au fond, on pensait peut etre tout les deux la même chose : mieux vaux prendre qques risque en fuguant que de vivre attaché eternellement. Tient un panneaux : "735m" "egieu 1h30", virieu est a 100m d'altitude j'vous laisse faire le calcul. Le soleil n'est pas enore au zenith, loin de là, je decidais donc de continuer. A partir de là, la pente s'accentuait encore et etait jonchée de caillou de plus en plus gros, entre 10 et 20 cm, le paysage commençait a se transformer, de nouvellles couleur apparessaient, avec une vue sur la vallée qui filtrais a travers des arbres sans feuilles, au dessus d' une pente tres abrupte sur le cote du chemin, toujours aucunes traçes du sommet, je continuais et prennais plaisirs a sentir l'effort dans les jambes et dans le dos, le bohneur de la marche commence içi me dis-je et, aussi : "comment allais-je redescendre ça en mono ? " Toujours plus haut au detour d'un carrefour boueux je levais les yeux au ciel au passage d'un avion : "je n'en avais jamais vu d'aussi pret", du même coup j'entendis le cri strident de deux buses qui fesaient des cercles dans le ciel au dessus de moi. Là une pensée me traversa l'esprit "Nico, t tout seul, t'as pas d'eau, t un peut barge quand même" .
Donc je decidais de redescendre, non sans mal mais tout doucement, en analysant le parcourt, slalomant entre les plus gros caillou, qques rattrapage de justesse mais sans reel chutes dangereuses, je reprennais tout c carrefour sans me tromper, passant dans les sous-bois sombre ou la mousse au sol fait comme si on roulait sur du pain d'epices, et les chemin de caillou qui me massent longoureusement et sans delicatesse, toutes c differences sont un plaisirs de sensations, contraste et harmonies, j'me suis beaucoup entrainer a sauter au dessus de branches ou de cailloux mais la selle tres haute et les pedales lisses me causent qques frailleurs, j'me suis aperçut aussi qu'il etait assez dangereux de mettre les deux pieds sur la fourche d'un chromique sans avoir des protection adequates au minimum des gants je dirais, je m'arretais a la cascade de virieu, cette fois, pour me passer le visage sous l'eau avant de terminer la descente a travers champ plutot que de taper les S de la route entre ornieres et gazon, les jambes a la limites de ne plus me freiner j'arrivais, epuisé, sur la fin de mon parcourt, il est 13h j'vais me finir sur la place du village histoire de bosser ques figures.
Bien que je me soit eclater comme un p'tit fou, mes pensées ne sont dirigées en fait que vers mon amis a quatres pattes qui n'est toujours pas rentrer chez lui, ma raison n'aurra de cesse de le revoir desormais.
Avatar de l’utilisateur
Nicoelgratto
 
Messages: 7
Inscription: 27 Fév 2008, 13:22
Localisation: Belley 01 => Virieu-le-grand

Messagede Monsieur K » 14 Avr 2008, 09:00

hier première expérience de mtt:
-descente du Puy de dôme
-avec Bugs des haut les mains
-en 24kh sans frein

on a bien mis une heure 1/2 pour monter, arrivé en haut, gros vent, yeux qui pleurent, et je me demande vraiment comment je vais faire pour redescendre !!! on enfourche les bètes et c'est parti mon kiki. Bugs et raf sont en 20' donc c'est tranquille pour eux (pis ils ont l'expérience que je n'ai pas), je pinaille un peu beaucoup non pas pour rouller ou passer les passages houleux, mais plutot pour arrèter la bète avant qu'elle ne s'emballe !!
on met donc 20min pour descendre, avec applaudissements et encouragements des badauds. arrivé en bas, bugs fait "on remonte ??" très peu pour moi, demain c'est cow boy assuré !
on se retourne donc à jaude pour freestyler un peu et mettre au point un rdv basket pour ce soir...

ce matin, grosses barres dans les cuisses, la descente des escaliers devient plus éprouvante que celle du Puy de dome

mttistes, bonjour !!! j'espère que vous voulez bien de moi parmis vous desormais!!??
CTB x LRF amis pour la vie <3

"T'es une putain de légende dans le milieu du monocycle et j'arrive toujours pas à savoir pourquoi !" Djifouze

des choses
des photos
Avatar de l’utilisateur
Monsieur K
Mégalocycliste
 
Messages: 4158
Inscription: 04 Jan 2007, 21:39
Localisation: Lyon

Messagede Monsieur K » 15 Aoû 2008, 17:14

aujourd'hui, premiere expérience de mountain unicycle en solo:

je pars en voiture et je me rends à hérisson, petit village médiéval pluto tres valonneux:
-premier parcours, dépasser le saut du loup et revenir, 6 bornes aller, 6 bornes retour. le plus dur. du petit mtt à l'aller, une bonne descente caillouteuse au retour!! :okay: le frein fait plaisir!

-le deuxieme, aller au village d'a coté, 8 bornes allé retour
dan le village il y avai un festiv de musique d'église, j'ai bu un coup au cimetierre et je me suis incrusté au pot donné par les musiciens (c'étais rigolo, moi en protec, eux en costume)
en chemin je doublai des petits vieux bien habillés, plus gentis que leur chiens

jsuis exténué, 20 bornes c'est dur !!!






edit:

hier 26/08

de retour de chez ma grand mère je passe par le Lioran
tout bon auvergnat connait le Plomb du cantal, desservit par un magnifique téléphérique
comme par hasard, j'ai mon muni, mes protects, mon casque et mes gants dans ma voiture !!
c'est donc parti pour la grande descente

et je viens de m'apercevoir que des manivelles plus grandes que des 137 pourraient beaucoup m'aider parce que là...!!!
j'ai plus de jambes
malgré mon frein, le pierrier a eu raison de moi...
m'enfin, pas faché de pouvoir afficher un petit sourire en croisant les vttistes bourrins qui pensaient que je ne pourrais jamais descendre!

vive le muni!
Dernière édition par Monsieur K le 19 Sep 2008, 10:31, édité 1 fois.
CTB x LRF amis pour la vie <3

"T'es une putain de légende dans le milieu du monocycle et j'arrive toujours pas à savoir pourquoi !" Djifouze

des choses
des photos
Avatar de l’utilisateur
Monsieur K
Mégalocycliste
 
Messages: 4158
Inscription: 04 Jan 2007, 21:39
Localisation: Lyon

salut salut !!

Messagede wheelwalk » 18 Sep 2008, 18:56

cette été , j'ai passé 2-3 semaines chez une amie a serre chevalier ( station de ski des haute alpes )et on est monté tout en haut des pistes (en téléférique hein :lol: )et on s'est tapé la descente ( 1heure ) .Au début , c'était de la descente raide dans de l'herbe bossue , ce qui est légèrement lassant a force ,car sa secoue , c'est pas marrant , et ça avance pas , surtout pour le mono de mon amie ( 26" pneu fin de ville "hand made" ) , pour moi c'était plus long que dur ( je n'avais encore qu'un devil blueberry ) puis on est allé sur un chemin de graviers qui zigzaguait en coupant la piste noire , plus relax . puis on a pris un chemin parallèle a la piste noire , aussi pentu , bien plus hard core , et la on c'est vraiment éclaté , de la DH , des drops monstrueux , des caillou trialisable , des racines , 2-3 passerelles style northshore . bref , l'éclate totale :twisted:
Dernière édition par wheelwalk le 11 Mar 2009, 20:53, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
wheelwalk
 
Messages: 93
Inscription: 31 Aoû 2008, 17:46
Localisation: hérault 34

PrécédenteSuivante

Retourner vers Tout-terrain

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité